Salon de l’armement à Moscou : Poutine vante les armes russes utilisées « en conditions réelles » 

Économie, Politique

mise à jour le 17/08/22

Vladimir Poutine s’est exprimé à l’ouverture d’un salon international de l’armement. Il a vanté les armes de fabrication russe, assurant qu’elles avaient fait leur preuve sur le champ de bataille, en Ukraine « Partout dans le monde, (ces armes) sont appréciées par les professionnels pour leur fiabilité, leur qualité et, surtout, pour leur haute efficacité. Elles ont quasiment toutes été employées à maintes reprises dans des conditions de combat réelles. »

La Russie a signé pour 16 milliards de dollars de nouveaux contrats d’exportation d’armes en 2022, avec un portefeuille de commandes de 57 milliards. Vladimir Poutine a assuré que la Russie avait « beaucoup d’alliés », évoquant en particulier des « liens de confiance » en Amérique latine, en Asie et en Afrique. « Ce sont des États qui ne fléchissent pas devant une soi-disant hégémonie. Leurs dirigeants font preuve d’un vrai caractère viril », a-t-il souligné. Une image de marque que vient renforcer la virilité du président russe, ceinture noire de judo et adepte du sambo, une discipline très populaire en Russie et proche du MMA (voir article).

Le marketing des armes

Selon les saints principes du marketing, le produit d’une entreprise doit répondre aux exigences et aux attentes du public. Dans la chaude atmosphère actuelle de guerre froide, tous les pays qui peuvent se le permettre sont d’avance preneurs. Autre principe marketing : la preuve physique. Le nombre de résultats physiques soutient la marque. Les résultats sur le terrain de l’Ukraine sont éloquents, n’a pas manqué de souligner le président Poutine. La partie « produit » de la stratégie marketing doit se concentrer sur la qualité du produit lui-même. La Chine n’est pas concurrente sur ce créneau. En revanche, avec Lookeed Martin, les États-Unis dominaient… jusqu’à présent.

Lookheed Martin : des hauts et des bas

Face à la Russie : les États-Unis dont la politique étrangère semble dirigée par le fabricant d’armes Lookeed Martin. L’erreur marketing de Lookheed Martin a été d’envoyer en Ukraine le lance-missile Javelin produit dans les années 80 et inefficace contre les blindages modernes.

Les principaux actionnaires de Lookheed Martin sont, comme il se doit, State Street, Vanguard, BlackRock, Capital Research & Management. Les principaux actionnaires de ce dernier sont Amazon, Zuckerberg alias Meta, Google alias Alphabet, Philip Morris, Netflix, Abbott Laboratories, Mastercard, Abbvie, etc. Votre abonnement Netflix ou votre achat sur Amazon a donc servi au lancement de la guerre américano-russe en Ukraine.

À la fin de la guerre en Afghanistan, Lookheed Martin cherchait un nouveau débouché. Les investisseurs lui faisaient confiance. Le 24 février 2022, à l’entrée en guerre de la Russie en Ukraine, les cours de Lookheed Martin sont montés en flèche, mais…le 15 juin 2022, des missiles de haute précision russes Kalibr ont détruit un entrepôt de munitions d’armes étrangères fournies à l’Ukraine par les pays de l’Otan. Ce jour-là l’action Lookheed Martin chuta. De même, le 19 juillet, après une pause d’une semaine, la reprise des bombardements russes marqua une chute de l’action Lookheed Martin. Le 16 août, après un incendie dans une base de munitions russes en Crimée, hop ! les actions remontèrent. Les cours de la Bourse suivent les hauts et les bas de la guerre, mais d’une façon générale, la situation financière de Lookeed Martin, tout comme l’armée ukrainienne, est en chute libre. Le Pentagone est venu à son secours fin juillet par une commande de 35 milliards de dollars.

Pour les épreuves de qualité sur le terrain, Lookheed Martin va devoir faire traîner en longueur la guerre en Ukraine ou bien ouvrir un nouveau front. À Taïwan, par exemple ? Ah ! mais ce serait l’occasion pour la Chine, qui opte pour la qualité à présent, de tester ses tout nouveaux missiles hypersoniques sur le terrain.

Les sanctions viennent en aide à l’industrie russe de l’armement

En tant que fabricant d’armes, la Russie est loin d’être en tête du marché mondial. De plus l’Europe avait gelé les fonds du fabricant d’armes lmaz-Antey dès 2014 (début de la guerre civile en Ukraine). Heureusement les sanctions occidentales sont venues renforcer Imaz-Antey puisque Avtovaz (Lada) a été cédé par Renault — pour un euro symbolique — à Rostec. Ce dernier gère les participations de l’État russe dans les hélicoptères et l’armement.

Poutine peut remercier le blocus américain et européen de lui avoir généreusement ouvert la clientèle mondiale, frustrée de ne plus pouvoir acheter les derniers modèles aux États-Unis ou à la France.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !