Olivier Véran présentera le nouveau Pass sanitaire avec trois vaccins annuels comme en Italie

Économie, Politique, Santé

mise à jour le 25/11/21

Grande victoire de Big Pharma

Confindustria : « L’Italie vient de fixer à 5 mois minimum l’intervalle à respecter depuis la dernière injection ». Confindustria, c’est le Médef italien, quant au président, c’est Mario Draghi, l’ex-vice-président de Goldman Sachs et l’ex-président de la Banque centrale européenne. Qui c’est qui décide en matière scientifique, hein ?


Le pass de Macron et de Draghi est le même ! Et le même jour ! Comme c’est bizarre…

Le nouveau super Green Pass (c’est comme le nôtre, avec le même durcissement, mais en vert, c’est bon pour la planète) arrive. Durée du Super Green Pass : 9 mois au lieu de 12. L’ancien pass sera renouvelé avec une troisième dose. Les tests seront valides 24 heures au lieu de 48. Objectif : convaincre (du latin vincere, vaincre) les 6,7 millions d’Italiens réticents à la vaccination. Du 6 décembre au 15 janvier, le Pass (2 G comme en Allemagne, c’est-à-dire testé ou vacciné) sera obligatoire même en zone Blanche (zone à risque réduit). Les testés non-vaccinés n’auront plus que le droit de travailler et d’emprunter les trains régionaux et inter-régionaux. Les activités sportives, culturelles et récréatives leur seront interdites. Cette décision économico-politique doit pour la forme recevoir l’aval d’un « Comité technique et scientifique ». Gageons qu’elle l’aura.
Selon l’université John Hopkins, au 23 novembre il y a 10 044 nouveaux cas en Italie. L’heure est grave ! Pourtant, sur les 531 543 tests, les tests positifs sont… Eh bien, on ne sait pas : ils sont tellement peu nombreux que le site Our World in Data ne les a pas comptabilisés (voir graphiques).

Cas covid Italie 23 novembre 2021
Cas covid Italie 23 novembre 2021
Tests covid Italie 23 novembre 2021
Tests covid Italie 23 novembre 2021

Les habitants du Haut-Adige sont-ils italiens ?

Actuellement le pass est obligatoire en « zone blanche » mais aussi dans les zones « jaune », « orange » et « rouge ». Alors, à quoi bon toutes ces zones ? Eh bien c’est pour faire honte aux vingt communes du Haut Adige qui, elles, ont mérité d’être en zone rouge (risque maximal).

Elles n’avaient qu’à parler l’italien au lieu de cette langue barbare qu’est l’allemand et ce patois méprisable qu’est le ladin. Enfin, elles ont quand même des droits. Elles ont donc droit au couvre-feu de 20 heures à 5 heures. La commune est devenue une frontière infranchissable. Quant aux déplacements entre 20 heures et 5 heures, ils peuvent être autorisés pour exigences professionnelles avérées, raisons de santé ou situations urgentes. Il faut présenter une auto-déclaration (conformément aux articles 46 et 47 du décret présidentiel n° 445 du 28 décembre 2000) ou la rédiger directement au moment du contrôle. Modèle : Je soussigné m’autorise à… En France on a plein de formulaires de ce style. Ça peut resservir, il faut les garder.

Soyons clairs !

Si on n’est ni Italien ni Jésuite, on aura du mal à comprendre cette déclaration. Si vous ne faites pas partie de ces deux ethnies, vous pouvez sauter directement au paragraphe suivant.
« Le président de la Vénétie, Luca Zaia, semble penser à un Green Pass renforcé seulement dans les zones orange : “Certes, la zone blanche aura les règles de la zone blanche, le jaune introduit certaines obligations comme le masque, à partir de là il faudra savoir quelles seront les décisions du gouvernement.” S’il est limité à la zone orange, mais même s’il est déjà introduit en partie dans la zone jaune, le nouveau passe vert serait essentiellement un assouplissement et non un durcissement, puisque pour les vaccinés, c’est-à-dire 87 % de la population vaccinée, les restrictions de la zone orange ne s’appliqueraient plus, tandis que dans la zone blanche, les choses resteraient les mêmes. Au contraire, le resserrement des zones blanches serait une répression drastique. »

Nouveau décret : ce qui est sûr

Le décret du jeudi 25 novembre 2021 rendra le vaccin obligatoire au personnel de santé et des maisons de retraite, mais pas encore au personnel scolaire ou aux forces de l’ordre. L’épée de Damoclès reste suspendue au-dessus de leurs têtes. Selon La Stampa, l’Italie n’en serait qu’à la quatrième vague. La France en est à la cinquième. En France, la quatrième vague est passée inaperçue, ce qui est bien dommage. Nous allons donc faire attention à profiter pleinement du spectacle de la suivante, puisqu’il paraît qu’elle démarre de façon « fulgurante ».

Les projets du patronat pour l’Italie

« L’option d’étendre le Super Green Pass à tous les salariés — voire de rendre la vaccination obligatoire, comme en Autriche — n’est plus taboue. Une phase transitoire serait envisagée afin de donner aux personnes non vaccinées le temps de s’adapter. Les chiffres, en effet, sont importants : entre 1,2 et 1,5 million de travailleurs non-vaccinés. Là encore, plusieurs solutions sont possibles. La plus douce consiste à exclure les tests des procédures d’obtention d’un passeport vaccinal pour le travail. Ou, plus simplement, une obligation pure et simple de vacciner tout le monde. Cette option est également soutenue par la Confindustria. »

Qu’est-ce que la Confindustria ?

Confindustria logo
Confindustria logo.

En 1925, la Confindustria [Confédération générale de l’industrie italienne], le Médef italien, abolit les syndicats par un Pacte signé avec les fascistes. De 1934 à 1943, la Confindustria est directement dirigée par le dignitaire fasciste Giuseppe Volpi. D’où, en 1936, l’interdiction du droit de grève et l’obligation d’être inscrit au parti fasciste pour être embauché.
Que trouve-t-on sur le site de l’actuelle Cofindustria rubrique « Notre histoire  » ? On trouve « La Confindustria prend le nom de “Confederazione generale fascista dell’industria italiana” (1926), puis de “Confederazione fascista degli industriali” (1934). » C’est tout pour les vingt ans de fascisme auquel elle a fructueusement participé. Sautant par-dessus cette période, elle atterrit au « boom économique » de l’après-guerre. Et aujourd’hui ? Elle propose un pacte (encore un) pour un plan de relance italien. L’exemple à suivre est celui du plan France Relance !

Les mesures sanitaires du plan France Relance ont effectivement tout pour plaire à la Confindustria. Quelques exemples de mesures :
– Pour rétablir l’ordre républicain en Guadeloupe, le préfet a décidé l’instauration d’un couvre-feu de 18 heures à 5 heures à compter du 19 novembre.
– Le port du masque est de nouveau obligatoire à l’école élémentaire depuis lundi 15 novembre dans toute la France.
– La dose de rappel (3e dose) est obligatoire dès 65 ans pour prolonger le « pass sanitaire »

En 2021, la Confindustria a-t-elle vraiment changé depuis le fascisme ?

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !