Macron futur président du Conseil de l’UE : un non-événement

Politique

mise à jour le 11/12/21

Institutions européennes

Lors d’une conférence de presse à l’Elysée le 9 décembre, Emmanuel Macron, futur président du Conseil de l’Union européenne, a présenté ses priorités pour l’Europe. Or il n’aura qu’un rôle administratif.


Le pouvoir de décision est aux mains du Conseil européen (M. Charles Michel), les propositions sont émises par la Commission européenne (Mme von der Leyen), les finances  gérées par la BCE (Mme Christine Lagarde) et les litiges réglés par la Cour de justice de l’Union européenne. Le Conseil de l’Union européenne, que va présider Emmanuel Macron, n’a aucun pouvoir.

 

À la présidence du Conseil de l’Union européenne, trois pays se succèdent tous les six mois. La France est l’un d’eux et devra avoir l’accord de la Suède et de la République tchèque qui lui succéderont. Ce sont deux pays qui ont conservé leur propre monnaie et sont fort peu engagées au sein de l’Europe, autrement dit rien de marquant ne devrait avoir lieu de toute façon. Concrètement, Emmanuel Macron se fera remplacer par un haut fonctionnaire qui gérera les buffets de petits fours (dixit François Asselineau qui nous donne quelques éclaircissements sur le fonctionnement complexe de l’Europe dans la vidéo ci-dessus). L’annonce élyséenne de la présidence du Conseil de l’Union européenne n’est rien de plus qu’un épisode de campagne électorale, même si Emmanuel Macron n’est toujours pas officiellement candidat.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !