L’Italie réintègre les soignants non vaccinés. Les Ordres des Médecins : « C’est une décision de bon sens »

Santé

mise à jour le 29/10/22

En Italie, les soignants non-vaccinés vont pouvoir réintégrer les hôpitaux. Le ministre de la Santé Orazio Schillaci a annoncé dans une note du 27 octobre 2022 que « six mois après la suspension de l’état d’urgence et compte tenu de l’évolution de l’infection par le Covid-19, il juge approprié d’amorcer un retour progressif à la normalité des activités et des conduites, inspiré par des critères de responsabilité et de respect de la réglementation en vigueur ».


Le ministre de la Santé Orazio Schillaci a signalé que des dispositions sont en cours pour la réintégration dans le service des personnels de santé faisant l’objet d’une procédure de suspension pour non-respect de l’obligation de vaccination contre le Covid-19. « Ce qui m’importe, c’est que tous les malades qui ont pris du retard ces dernières années, je pense à la prévention, au dépistage et aux malades du cancer, puissent enfin avoir une santé meilleure, plus équitable… »

La suspension des non-vaccinés a donné lieu à une pénurie préoccupante de personnel médical et sanitaire signalée par les responsables des structures sanitaires et territoriales. Filippo Anelli, président de la Fnomceo, la Fédération des ordres médicaux, est favorable à la réintégration : « Le raisonnement du ministre de la Santé Orazio Schillaci est celui du bon sens et de la sagesse. Il y a environ quatre mille médecins suspendus qui pourront reprendre le travail à l’hôpital ou à la disposition de la direction. »

Autre nouveauté du gouvernement de Giorgia Meloni qui marque une nette différence de celle de l’exécutif précédent : à partir du 1er novembre, l’obligation de porter des masques dans les hôpitaux, les cliniques et les centres de diagnostic expirera automatiquement. Annulation du bulletin quotidien covid.

Pour Meloni « L’Italie a adopté les mesures les plus restrictives de tout l’Occident, limitant sévèrement les libertés fondamentales des personnes et des activités économiques, mais malgré cela, elle fait partie des États qui ont enregistré les pires données en termes de mortalité et de contagions. Quelque chose n’a certainement pas fonctionné et, par conséquent, je tiens à dire dès maintenant que nous ne reproduirons en aucun cas ce modèle. »

En France, le 28 octobre 2022, notre ministre Agnès Firmin a annoncé tout le contraire de son homologue italien : « La réintégration des personnels soignants n’est pas souhaitable. Quand on est personnel soignant, c’est important de pas être malade. C’est aussi valeur d’exemple. » En sachant ce que tous les Français savent — que le vaccin ne protège pas de la transmission —, on a vraiment l’impression d’être dans un monde parallèle où bêtise et incompétence règnent en maîtres.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !