Les Français se réveillent avec un président qui les emmerde

Politique

mise à jour le 05/01/22

De Mélenchon, à Marine Le Pen en passant par Christian Jacob ou Eric Zemmour, c’est la stupéfaction. Nous sommes le mardi 4 janvier 2021 et Le Parisien révèle à la France entière que le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, veut « emmerder les non-vaccinés ». La classe politique est unanime : c’est « indigne », « consternant », « abject », « sidérant », « méprisant »… tous les qualificatifs y passent sans vraiment en trouver un à la hauteur de l’ignominie.


Jamais un président n’avait était aussi loin dans le mépris de sa propre population au point de dire :

« Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout, c’est ça la stratégie. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné. »

Après la violence inouïe, le choc s’est fait entendre dans l’hémicycle. L’examen du projet de loi créant un passe vaccinal a été interrompu à la suite de la polémique suscitée par les propos d’Emmanuel Macron. « Les conditions d’un travail serein ne sont pas réunies », martèle le vice-président de l’Assemblée nationale, Marc Le Fur.

L’abject aurait pu s’arrêter là, mais non, le président enfonce le clou : « Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen. » Les cinq millions de Français qui n’ont commis aucune infraction à la loi ne sont « plus des citoyens ». Une phrase qui rappelle ses propos en faveur des terroristes dont il ne souhaitait pas en faire des non-citoyens : « La déchéance de nationalité est une faute politique, en plus d’être une solution inefficace. »

A ce niveau nos lecteurs seront certainement abasourdis par ces révélations et penseront que la coupe est pleine. L’histoire ne s’arrête pourtant pas là. Le coup de grâce nous vient d’Aurore Bergé, du groupe La République en marche, qui avoue devant les caméras de LCP que les propos du président dans Le Parisien auraient dû sortir un autre jour et que tout aurait été voté avant, et le pass vaccinal avec. Elle explique donc que tout était planifié pour tromper les députés, les Français. Ensuite Macron — du haut de sa tour — voulait cibler les millions de Français non-vaccinés pour le plaisir de les emmerder, de les humilier, de les accabler.

 

Comment ce matin au réveil, parmi les millions de Français, les enseignants vont-ils pouvoir expliquer aux enfants, aux adolescents que le président de la république Emmanuel Macron les emmerde et emmerde leurs parents ? La situation est lunaire, indescriptible, invraisemblable.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !