Les déclarations pas très transparentes de Meyer Habib (enquête en 4-4-2)

Politique

mise à jour le 17/10/21

Des actions, mais qui ne rapportent rien

Meyer Habib
Déclaration de M. Habib à la HATVP

Si le député Meyer Habib a oublié de mentionner ses investissements dans des sociétés en Israël, en revanche, en France il semblerait avoir dûment déclaré ses intérêts à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.  Il a en effet fait état de ses actions dans la société de joaillerie Vendôme à Paris, mais… en précisant prudemment  : « Rémunération ou gratification au cours de l’année précédente : néant – aucun dividende ni salaire versé durant ces dernières années ». Ses 99 % de parts de  Vendôme ne lui auraient rien rapporté depuis des années. Passons à la rubrique « Les activités professionnelles exercées à la date de l’élection ou de la nomination par le conjoint » : « Activité professionnelle : [Données non publiées] Employeurs : Groupe Vendôme. » On vous donne donc les informations qui manquent.

Des sociétés familiales fantômes

Sa femme Virginie n’est pas secrétaire ou vendeuse, comme, faute de précision, on pourrait le penser. Elle est présidente du conseil d’administration du Groupe Vendôme (siret : 40813780000012), situé 4 rue de la Paix à Paris, entre Tiffany et Mauboussin. Meyer a aussi oublié de préciser qu’elle est également présidente du conseil d’administration de la société Meyer’s (siret : 408 138 113 00019). Ne pas avoir évoqué la double casquette de sa femme relève d’un simple oubli. Les deux entreprises ayant la même adresse, le même capital social et le même chiffre d’affaires, on peut se tromper. Ces deux sociétés jumelles ont pourtant des immatriculations différentes. Les autres membres du conseil d’administration de Meyer’s sont Liliane et Emmanuel Habib (le fils de Meyer), ceux de Vendôme sont Noam et Moïse (toujours Habib). Il va de soi que Meyer Habib, qui n’a touché « aucun dividende ni salaire versé durant ces dernières années » de Meyer’s SA, n’a rien reçu non plus de Vendôme, société qui relève exclusivement de la gestion de sa femme. Heureusement qu’il a sa paie de député. D’ailleurs, Meyer Habib ne se serait pas permis de dissimuler quoi que ce soit en France, sinon médias et HATVP auraient très vite réagi.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

 

partage cet article !