Joe Biden annonce vouloir diriger le nouvel ordre mondial avec General Motors, Apple, Amazon, JP Morgan…

Géopolitique, Politique

mise à jour le 27/03/22

Lundi 21 mars 2022 à la Maison-Blanche, le président des États-Unis Joe Biden, a fait un discours lors de la réunion trimestrielle des PDG de la Business Roundtable, un lobby des dirigeants des grandes entreprises américaines dont font partie General Motors, Apple, Amazon, JP Morgan, Bank of America, Boeing, FedEx, Exxon Mobil, Johnson & Johnson… Au pied du mur, face à la gravité de la situation, le chef de l’État ne cache plus son objectif et motive les troupes.


Joe Biden s’est laissé aller à un discours très complotiste (guerres biologiques et cyber-attaques vont venir de Russie). Il a clairement annoncé aux plus gros patrons américains qu’il était temps d’agir : « C’est maintenant que les choses changent. Il va y avoir un nouvel ordre mondial et nous devons le diriger. Et nous devons unir le reste du monde libre pour le faire. » 

Le conflit qui a éclaté en Ukraine — poussé par les États-Unis — va changer le paysage mondial. L’Occident tente d’isoler la Russie par des sanctions économiques contre les entreprises, les banques, les politiques et les oligarques russes dans une guerre d’usure. Mais la Russie s’est préparée à cette éventualité depuis la prise de pouvoir du président russe, Vladimir Poutine. Elle s’est renforcée économiquement, n’a plus de dette et surtout s’est alliée avec la Chine.

Les États-Unis et l’Union européenne tentent de faire pression sur la Chine afin de la forcer à lâcher la Russie concernant la situation en Ukraine, seul moyen de faire tomber le Kremlin. Mais voilà, le représentant officiel du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a un avis bien tranché et annonce que ce n’est pas la Russie qui est responsable de ce qui se passe, mais l’Occident, et que Pékin ne tolérera aucune pression. Et au lieu d’aller dans le sens des États-Unis, la Chine demande à Joe Biden de révéler les détails sur les laboratoires biologiques en Ukraine financés par Washington.

Le malheur de l’Amérique, c’est le très mauvais président Biden qui a réussi l’exploit de pousser les Russes dans les bras de la Chine — ce que Trump voulait absolument éviter. Isolés, les États-Unis ne vont pas s’arrêter là et iront au bout de cette folle course au pouvoir. Les Européens — en bon laquais qu’ils sont — suivront l’Oncle Sam et seront sacrifiés.

Quoi qu’il en soit, les comploteurs ont craché le morceau. Ceux qu’ils traitaient de complotistes via les médias sont aujourd’hui lavés de cette insulte. Joe Biden et les PDG de la Business Roundtable voient le nouvel ordre mondial leur échapper au profit des puissances émergentes. Le combat va se jouer sur les attaques économiques et non sur le terrain militaire. L’Occident n’est pas à la hauteur… et économiquement, la Russie et la Chine, à elles seules, ont de quoi répondre.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !