Italie : Le mouvement « No paura day » (journée sans peur) a réuni du monde pour dénoncer la dictature sanitaire

23 avril 2021 | Santé, Société

No Paura Day - Italie

En Italie, 600 personnes se sont réunies pour le mouvement « No paura Day » (journée sans peur) ce 18 avril, afin de dénoncer la dictature sanitaire. Se sont exprimés des écrivains, des juristes, des historiens et des journalistes pour défendre la liberté d’expression et de pensée et alerter sur les dérives des décisions politiques et sanitaires actuelles.

La pandémie « est un mensonge, un non-sens », la campagne de vaccination « est une expérimentation », les protocoles sanitaires « participent à l’avilissement du pays » au profit de la haute finance. Et encore : les masques sont des « outils néfastes pour la santé » utiles uniquement pour se défendre « des gendarmes zélés et des citoyens hypocondriaques ». Mais surtout, les médias de masse et les institutions ont créé un climat de terreur décrivant « une situation iréelle : l’existence d’un virus violent n’était pas réelle, et la situation aurait pu être maîtrisée si autant de gens n’avaient pas été abandonnés chez eux ».

Ceux qui, le dimanche 18 avril, ont traversé le Sentierone ont eu l’occasion d’écouter ces thèses et bien d’autres qui, dans l’imaginaire collectif, sont comparées à des positions de déni, anti-masque ou anti-vax. Les organisateurs de la « No Paura Day » , ainsi que les quelque 600 supporters qui ont rempli le centre de Piacenza, tiennent cependant à préciser qu’ils ne sont pas « des négationnistes, des anti-masques ou des anti-vax », et qu’ils reconnaissent l’existence du Covid mais qu’ils sont « pour la liberté de pensée et d’expression, conscients que dans le paysage médiatique actuel, toute voix non alignée sur la version officielle des médias est brutalement écrasée ».

« Revendiquer la vérité et la liberté n’est pas un déni. Assez d’étiquettes », le Sentierone était rempli de jeunes, d’adultes et de parents accompagnés d’enfants. Parmi les orateurs Paolo Sensini , historien et analyste géopolitique, qui après un discours général sur la pandémie a soutenu que l’état d’urgence que nous vivons a éliminé nos libertés constitutionnelles. Un concept également repris par l’avocat Riccardo Luzzi , qui a expliqué que : « Dans un pays civilisé et démocratique, chacun doit être libre d’exprimer ses pensées. Nous soulevons des doutes afin d’avoir des réponses pour le bénéfice de tous. Toute obligation est contraire à la démocratie. »

En ce qui concerne les vaccins, Angelo Giorgianni, appelle à la prudence, compte tenu de l’existence de thérapies efficaces : « Nous n’aurions pas dû trop courir derrière un vaccin expérimental qui continue de semer tant de morts. »

Lidia Sella , journaliste et écrivain, a lu le Procès du masque. Liste des charges. Un texte dans lequel il est écrit que les masques et les amendes afférentes offrent aux politiques « l’opportunité providentielle de taxer aussi l’air », ou que « l’utilisation prolongée du masque compromet le bon fonctionnement de la fonction respiratoire » et participe également d’une « réduction à la servitude, à la torture et au vol d’identité » fonctionnant « comme une muselière, un bâillon ».

Lire l’article