Israël arrête la correspondante de Al-Jazeera à Jérusalem

mise à jour le 06/06/21

Jivara Al-Badri

Après avoir pulvérisé l’immeuble abritant les locaux d’Associated Press et Al-Jazira à Gaza, Israël continue à attaquer les médias témoins des attaques contre les Palestiniens.

La chaîne d’information qatarie Al-Jazeera a annoncé, samedi, la libération de sa correspondante à Jérusalem, Jivara Al-Badri, après son interpellation, alors qu’elle couvrait un rassemblement de protestation dans le quartier de Sheikh Jarrah, au centre de Jérusalem occupée. La journaliste aurait été interdite d’entrée dans le quartier de Sheikh Jarrah pour 15 jours.

« Mon arrestation vise tous les journalistes, et les soldats de l’occupation ne m’ont pas laissée le temps d’apporter ma carte d’identité, m’ont battue à coups de matraque, m’ont poussée puis menottée », a-t-elle déclaré à Al-Jazeera. « Dans le centre de détention, les soldats de l’occupation m’ont traitée comme une criminelle et non comme une journaliste. »

Des témoins oculaires ont déclaré à l’Agence Anadolu que les forces d’occupation israéliennes avaient agressé le cadreur de la chaîne qatarie, ce qui a entraîné la destruction de sa caméra.

Parallèlement à l’arrestation de Jivara Al-Badri, les forces d’occupation ont battu à coups de matraque de jeunes Palestiniens qui se trouvaient dans la zone.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !