Flop de la vaccination des moins de 5 ans aux États-Unis, les centres sont vides !

Santé

mise à jour le 09/07/22

La campagne de vaccination des 6 mois à 5 ans a commencé aux États-Unis, après l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech par la Food and Drug Administration (FDA). Le commissaire de la FDA, le Dr Robert M. Califf, a déclaré le 17 juin : « De nombreux parents, soignants et cliniciens attendaient un vaccin pour les jeunes enfants et cette mesure contribuera à protéger ceux âgés de moins de six mois. »


Pas de miracle malgré la campagne médiatique à coups de gros titres des médias CNN, NewYorkPost, Reuters

Vaccination des 6 mois à 5 ans : le flop

New York a commandé 20 000 doses de vaccin covid-19 pour les enfants, selon Gothamist, en attendant d’autres lots. Une maman prénommée Jay Wain a emmené ses deux filles âgées de deux et quatre ans au site de vaccination de la ville pour leurs premières doses. Elles seront les rares à les obtenir, car les Américains boudent ce vaccin. « Il y a un problème », a déclaré Kim Iversen, commentatrice politique de l’émission Rising de The Hill. « Les parents ne semblent pas vouloir le vaccin. Les médias de tout le pays ont fait état d’une faible participation et de centres de vaccination vides. Cela s’est même produit à New York dans un centre très en vue installé à Time Square. Le commissaire à la santé de la ville est sorti avec des caméras, espérant saluer de longues files d’attente de parents soulagés et reconnaissants, mais il a plutôt vu le contraire : aucune file d’attente et des chaises vides. » « En ce jour d’ouverture de la campagne de vaccination du département de la santé de la ville de New York. […] Aucune file d’attente n’était visible autour d’une douzaine de cabines de vaccination séparées par un tissu noir. »

Les raisons du flop

« Il se peut que les parents ne ressentent pas le besoin urgent de les faire vacciner alors que plus de soixante-dix pour cent des enfants de moins de quatre ans ont attrapé le covid et s’en sont remis — beaucoup d’entre eux sans aucun symptôme », a déclaré la journaliste Kim Iversen. On peut d’ailleurs se poser la question : de quoi les enfants se sont-ils remis, s’ils n’ont eu aucun symptôme ?

Une étude québécoise portant sur six « vagues » n’a pas trouvé un seul décès dû au covid-19 dans cette classe d’âge et seulement un parent sur cinq aux États-Unis ayant des enfants de moins de cinq ans a déclaré qu’il avait l’intention de les faire vacciner dès que les vaccins seraient admis, selon une enquête de la Kaiser Family Foundation. D’ailleurs, depuis son autorisation en octobre 2021, seuls 29 % des enfants de cinq à onze ans ont été entièrement vaccinés avec Pfizer-BioNTech.

L’exclusion et les mauvais traitements, c’est bon pour le vaccin

En Californie, premier État américain à imposer des vaccins obligatoires aux écoliers à partir de juillet 2023, Malia Vella, la surintendante de Californie se réjouit du malheur des enfants qui poussera les parents à les faire vacciner : « Lorsque nous voyons les chiffres des inscriptions en baisse, lorsque nous voyons des enfants qui ont du mal à s’adapter à l’apprentissage à distance, lorsque nous voyons des enfants qui souffrent de problèmes de santé mentale découlant de la pandémie de covid-19, cette nouvelle est vraiment un pas dans la bonne direction pour atténuer toutes ces préoccupations. »

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !