Elon Musk s’auto-licencie de son poste de PDG de Twitter, mais…

Armurerie numérique, Économie

mise à jour le 21/12/22

Le PDG de Twitter Elon Musk a tweeté mardi qu’il démissionnerait : « Je démissionnerai de mon poste de PDG dès que je trouverai quelqu’un d’assez idiot pour prendre le poste ! Après cela, je dirigerai simplement les équipes de logiciels et de serveurs. »


L’annonce du départ de Musk se produit après une bataille avec la presse qui s’est intensifiée avec des attaques de politiciens et de médias. Par la suite, il a publié un sondage dimanche soir demandant : « Dois-je démissionner de la tête de Twitter ? Je respecterai les résultats de ce sondage. »

Selon FoxNews, après un décompte final de plus de 17 millions de votes exprimés (et 550 000 likes) 57,5 % étaient pour et 42,5 % contre. À la suite de ce sondage Elon Musk dira « Ceux qui veulent le pouvoir sont ceux qui le méritent le moins« .

Mais l’histoire de ce sondage n’est peut être pas totalement terminée. En effet Le compte Wall Street Silver a évoqué la possibilité que des bots, ou des comptes automatisés, se soient ligués contre Musk dans une attaque coordonnée pour le forcer à partir. En faisant le parallèle de deux sondages publiés par le PDG de Twitter – celui sur la réintégration de Trump et celui pour l’élire en tant que PDG. Wall Street Silver a écrit : « Très intéressant quand on compare le nombre de votes par rapport au nombre de likes sur les tweets. » Le nombre de likes pour le sondage Trump était de 836 000 avec 15 millions de votes. Le sondage Musk n’avait que 312 000 likes avec, à l’époque, à peu près le même nombre de votes. Ce à quoi Musk a répondu : « Intéressant ». Le vote sera-t-il invalidé ? C’est possible et c’est encore plus possible qu’il ne trouve pas de repreneur, ce qui le laissera à son poste.

En attendant, les révélations après les sept séries TwitterFiles se poursuivent au grand dam des démocrates et du FBI qui va devoir faire face à l’un de ses pires scandales.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !