Dr Stöhr : la vaccination des enfants est plus risquée qu’attraper le Covid

Santé

mise à jour le 08/07/21

Le Dr Stöhr, virologue et épidémiologiste, est étrangement interrompu par le présentateur totalement paniqué lorsqu’il explique :
« Il faut donc décider s’il est vraiment nécessaire et important que les enfants de plus de 12 ans à 16 ans soient vaccinés, car la vaccination comporte aussi un risque, et ce risque est actuellement plus élevé pour la vaccination que pour l’infection. » « La probabilité qu’un avion s’écrase était plus élevée que celle que quelqu’un soit mortellement infecté. »

Transcription

Présentateur : J’ai encore deux questions. La première est la suivante : il y a un an, les familles ont beaucoup souffert durant cette période de corona. De votre point de vue, y a-t-il un risque à l’ouverture complète des écoles et des garderies après les vacances d’été ?

Dr Stöhr : Je pense donc que toutes les personnes qui ont accepté une offre de vaccination l’ont fait. Il n’y a plus aucune raison pour moi, d’un point de vue épidémiologique et virologique et peut-être juridique, de…

Présentateur : Les enfants ne pouvaient pas.

Dr. Stöhr : Oui, mais les enfants de plus de douze ans peuvent être vaccinés si les parents le souhaitent, mais là, il faut voir si c’est proportionnellement adapté. En Allemagne, aucun décès n’a été enregistré chez les enfants âgés de 12 à 16 ans. Il y en a eu deux avec des conditions préexistantes très graves, des soins palliatifs, mais il n’y a plus eu de décès dans le groupe d’âge des 12 à 16 ans. Et il y a eu des hospitalisations, mais elles ont toutes été « Restitute ad integrum », donc une guérison complète ou une guérison qui était très proche.

Il faut donc décider s’il est vraiment nécessaire et important — la (inaudible) a donné son avis — que les enfants de plus de 12 à 16 ans soient vaccinés, car la vaccination comporte aussi un risque, et ce risque est actuellement plus élevé pour la vaccination que pour l’infection. Pour les enfants de moins de 12 ans, il y a également de très bonnes données provenant du collègue Danner et de son grand réseau d’unités de soins intensifs chez les enfants ; là, la maladie fait relativement peu de différence.

Présentateur : J’en déduis, M. Stöhr, qu’effectivement… vous diriez que les enfants et… que rien ne s’oppose à ce que tous, après les vacances d’été, puissent effectivement être présents.Un dernier point encore : en même temps, cependant, nous verrons la semaine prochaine 60 000 spectateurs au stade de Wembley à Londres pour les demi-finales et la finale du championnat d’Europe de football, organisées par l’association européenne de football UEFA. Bonne idée de votre point de vue ?

Dr Stöhr : Oui, j’ai moi-même fait le calcul des risques pour l’UEFA à Munich et la probabilité que quelqu’un soit infecté là-bas à Munich : la probabilité qu’un avion s’écrase était plus élevée que celle que quelqu’un soit mortellement infecté.

D5Memi pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !