Coronavirus : la province de Buenos Aires se prépare à vacciner la population en 15 jours

Santé

mise à jour le 27/01/22

Coronavirus : la province de Buenos Aires se prépare à vacciner la population en 15 jours

La nouvelle que la journaliste Rosario Ayerdi a donnée hier soir dans Animales Sueltos a surpris tout le monde, même les ministres de la Santé de certaines provinces. En secret et dans le plus grand secret, Carla Vizzotti, secrétaire de l’Accès à la Santé de la Nation, s’était rendue en Russie pour assister aux essais de l’un des deux vaccins que le gouvernement de Vladimir Poutine dit être prêts pour affronter la pandémie du coronavirus Covid-19.

La secrétaire de la Santé de Ginés González García a voyagé avec une délégation qui comprenait des spécialistes du ministère de la Santé de Buenos Aires qui, après le voyage du personnel médical en Europe de l’Est, travaillent maintenant contre la montre pour terminer la conception d’un plan avec lequel ils chercheront à vacciner, en seulement deux semaines, six millions de personnes à Buenos Aires, la province qui compte le plus grand nombre de personnes infectées et décédées du pays.

L’absence de Vizzotti aux conférences de presse tenues les lundis, mercredis et vendredis au ministère de la Santé, qui a duré trois semaines, avait éveillé des soupçons. On pensait que la fonctionnaire aurait pu être testé positive à la Covid-19. Cependant, le ministère a toujours rejeté cette interprétation et a soutenu qu’elle travaillait « comme d’habitude ».

Bien que le voyage en Russie ait été annoncé dans les médias, le silence sur le dossier de Ginés González García se poursuit. Cependant des sources de Buenos Aires ont déclaré au journal LA NACION que le voyage a eu lieu. « Nous sommes allés voir les résultats de la vaccination et en organiser l’achat et l’expédition. Le voyage a eu lieu il y a une semaine environ, certains sont revenus et d’autres responsables sont toujours là-bas », ont-ils résumé.

Interrogés sur la date à laquelle les doses devraient arriver et en quelle quantité, ils ont répondu : « Décembre serait idéal. Nous ne connaîtrons pas la quantité exacte. Le plus grand nombre possible. Nous préparons une structure, en ajoutant 3 000 postes de vaccination pour vacciner toute la province en quinze jours. »

A propos de l’opération qui se met en place pour la vaccination en un temps record, ils ont expliqué : « Plus de 2 500 personnes qui vaccineront seront engagées, venant des écoles d’infirmières de la province, qui s’ajouteront aux plus de 2 900 qui travaillent déjà sur le territoire de Buenos Aires dans les dépendances provinciales et municipales. »

« Nous préparons une campagne massive pour pouvoir vacciner des millions de personnes en quelques mois et obtenir l’immunité collective que l’on obtient toujours par la vaccination et pas autrement », a expliqué Nicolás Kreplak, vice-ministre de la Santé de Buenos Aires.

Comme ils l’ont expliqué, la population prioritaire à vacciner sera : le personnel de santé, les plus de 60 ans, les plus de 18 ans présentant des facteurs de risque, les policiers et les enseignants.

Comme cela a été diffusé hier soir sur le programme de télévision América TV et ratifié par les responsables de Buenos Aires, la Province a déjà commencé les processus d’achat de fournitures telles que seringues, aiguilles, collecteurs de déchets, coton, produits d’hygiène, glacières, réfrigérateurs, entre autres éléments essentiels afin de pouvoir approvisionner les points de vaccination.

En outre, ils ont précisé que l’Institut Biologique Tomás Perón a commencé le processus de production d’alcool à grande échelle, afin de pouvoir approvisionner les points de vaccination en quantité suffisante.

La décision de Buenos Aires est conforme à ce que Daniel Gollán a exprimé dans une interview à La Nation début septembre, où il disait espérer avoir un vaccin avant Noël dans le pays. « Certains sont déjà appliqués en masse dans les forces armées et la santé, comme en Chine et en Russie, sur lesquels nous ne disposons pas de beaucoup d’informations. Dans le cas des vaccins occidentaux, aucun essai clinique ne montre aucun chiffre qui alerterait sur de nombreux cas indésirables. Donc, pour moi, dans des cas comme cette pandémie, et c’est arrivé avec Ebola, on peut procéder à la vaccination d’un certain type de population pour arrêter le virus. »

– Source : Coronavirus: tras un viaje secreto a Rusia encabezado por Carla Vizzotti, la provincia de Buenos Aires se prepara para vacunar a la población en 15 días
– Une traduction du « Média en 4-4-2 »

partage cet article !