Coronavirus : 100 médecins s’opposent à la vaccination des enfants en Israël

6 mai 2021 | Santé, Société

Une centaine de professionnels de la santé ont exprimé leur opposition à la vaccination des enfants contre le coronavirus et à la séparation entre les personnes vaccinées et non vaccinées. Les signataires estiment qu’on devrait laisser les enfants vivre comme avant, sans qu’il soit besoin de les vacciner.

« Nous pensons qu’il n’y a pas lieu de vacciner les enfants à l’heure actuelle [en raison] de la prudence, de la réserve, du fait que “toute hâte vient du diable”, du fait que nous ne savons pas tout sur le coronavirus et sur le vaccin contre celui-ci, et du premier commandement de la médecine : “D’abord, ne pas nuire” », ont-ils déclaré dans une lettre adressée au ministère de la Santé dimanche [NDT : 11 avril].

Ils reconnaissent que le vaccin Pfizer a permis de prévenir des formes graves du coronavirus et de réduire la mortalité chez les enfants. Mais ils ont ajouté que les enfants ne présentent généralement pas de symptômes graves du coronavirus et que les effets secondaires possibles à long terme du vaccin, même rares, ne seront connus qu’après des années d’études.

On ne sait pas non plus combien de temps dure l’immunité conférée par le vaccin, contre quels variants il est efficace, à quelle fréquence les injections de rappel seront nécessaires et quelles pourraient être les implications de grande portée de la vaccination périodique sur le système immunitaire et l’évolution du virus, ont-ils écrit.

L’opinion dominante au sein de la communauté scientifique est que le vaccin ne peut pas conduire à une immunité collective, ce qui signifie que rien ne justifie la vaccination des enfants, ont-ils ajouté.

Certains responsables de la santé israéliens ont déclaré que la campagne de vaccination avait conféré une immunité collective à Israël au cours des dernières semaines.

Les auteurs de la lettre affirment que la vaccination des enfants n’est pas appropriée à l’heure actuelle, car le fait d’exposer ne serait-ce que quelques enfants à des risques d’effets secondaires inconnus ne vaut pas la protection qu’elle leur apportera contre une maladie qui, selon eux, n’est pas dangereuse pour les enfants.

Les populations à risque devraient être vaccinées, et le retour à la vie normale devrait se faire dans le cadre d’une vaccination presque complète de la population, ont écrit les signataires. Mais on devrait autoriser les enfants à vivre comme avant, sans être vaccinés, et la séparation des personnes vaccinées et non vaccinées devrait être supprimée, ajoutent-ils.

Séance de vaccination en Israël

Le « vaccin n’a pas un risque nul », a déclaré lundi [NDT : 5 avril] le Pr Itamar Grotto, ancien directeur général adjoint du ministère de la Santé, sur Army Radio. « Nous devons dire aux parents que le vaccin est recommandable et bon, mais aussi leur laisser le temps de la réflexion. »

« Selon mon opinion personnelle, l’entrée des enfants dans divers lieux ne devrait pas dépendre de la présentation d’un laissez-passer vert », a-t-il déclaré.

Le Pr Shlomo Vinker, directeur médical en chef des services de soins de Leumit, a déclaré que les auteurs de la lettre devraient se rappeler que les taux d’infection en Israël ne baissent que grâce à la campagne de vaccination massive. Neuf enfants sont morts du coronavirus, et 120 sont entrés dans des unités de soins intensifs, dont 60 présentaient des syndromes cardiaques, a-t-il déclaré lundi [NDT : 5 avril] à Army Radio.

« Il est important de connaître les faits », a-t-il ajouté.

– Source : Coronavirus: 100 doctors express opposition to vaccinating children (12 avril 2021)
– Traduit par Thomas pour Le Média en 4-4-2