« Censurée sur Youtube » Chanson en 4-4-2 : Le Dieu Argent

Musique

mise à jour le 26/06/21

Dieu Argent
Note de la rédaction : cette chanson a eu droit à une censure étonnante avant même sa diffusion. En effet ce morceau comptabilisait deux vues sur Youtube en mode non-répertorié. La première vue correspond à notre monteur et la deuxième à ce qui semble être la personne qui nous surveille, un tuteur agréé, un sorte de Pascal, le grand frère ou de Super Nanny. Ce morceau a donc reçu un label particulier, l’auteur n’est pas peu fier de cette distinction et remercie évidemment tout le staf Youtube.

Une chanson qui sort du fond des tripes pour tenter de secouer, voire de réveiller les quelques personnes qui se rendent compte de la supercherie, mais qui n’osent dire quoi que que ce soit, de peur d’être traitées de … c-o-m-p-l-o-t-i-s-t-e-s …

Titre : Le Dieu Argent

Paroles et musique : Franck J

Masques, mascarade, la plus grosse arnaque de toute l’histoire du monde.
Vaccins, distanciation sociale, l’odeur nauséabonde de ce monde infernal.
Mais tu sais, la faim, tue plus que ce virus, c’est plus qu’une entourloupe, c’est un vrai consensus.
Confinement, moral à zéro chez les jeunes, dans les EHPADS, et même chez les nonnes.
Je pense aux déprimés dans les facultés,
Qui ne sont plus que les ombres de leur destin volé.
Quand ceux qui soignent et qui sauvent des vies sont des charlatans,
Pendant que les toubibs de plateaux sont des dieux vivants.
Y a d’la merde, dans la tête de ces gens arrogants.
C’est la grosse propagande, l’hégémonie du dieu argent,
Pour un virus qui tue quatre-vingt-quinze pour cent des gens
Déjà fragiles, comorbides âgés de quatre-vingt-cinq ans.
Tu te tues en bagnole, t’es étiqueté COVID, t’oublies d’ouvrir ton parachute, t’es COVID,
AVC : COVID, mort d’un cancer t’es COVID, et si tu meurs naturellement, tu seras dans les chiffres COVID.
Tout est faux. Tout est trafiqué. On connait les coupables, les comptables de ce drame,
Ces lobbys politico-pharmaco enfermistes bien payés, corrompus et opportunistes,
Pour te vendre un produit dont tu ignores les effets, à long terme, et sur des dizaines d’années.
ARN messager, t’es même pas protégé ! comment peut-on être d’accord pour se faire injecter ?
On ne parle jamais de tous ces conflits d’intérêts.
Ces milliards qu’ils veulent à tout prix rentabiliser.
Ils se gavent sur la peur qu’ils instaurent.
Pendant qu’on se déchirent, pour eux, c’est la poule aux œufs d’or.
Je me moque de l’avis de tous ces endormis. Ceux qui viennent t’expliquer comment tu dois penser.
La digue va lâcher, la vérité va éclater, que tu le veuilles ou non, on a déjà gagné.
Accroche-toi, ça va secouer, ça va exploser, ça part dans tous les sens, ils vont être exposés.
Ce monde s’écroule et perde la boule, que dans la vie c’est toi et toi seul qui décide,
C’est ton libre arbitre, seul, tu feras la différence.
Au lieu de réfléchir pour éviter le pire du pire. Reculer d’un pas et choisir de nous reconstruire.
Je découds leurs slogans, j’n’irai pas m’faire vacciner,
Celui qui voudra me planter une aiguille n’est pas né.
Je préfère largement me noyer dans mon sang.
Je ne veux même pas que tout redevienne comme avant.
Je prépare mon avenir, et celui de mes enfants,
Loin de tous ces tarés qui m’accusent d’être sain et franc. Je leur dis adieu.
Je leur dis adieu, je n’irai pas m’empoisonner.
N’m’approchez plus les vaccinés j’veux pas être infecté,
Si je l’suis, mon système immunitaire prendra le relais.
De toute façon je sentirai si je dois rester ou crever.
Je suis convaincu qu’on nous la fait à l’envers,
L’empathie, la compassion n’est pas dans leur vocabulaire.
C’est évident, ils ne sont pas là pour le bien des gens.
Apparemment, ils ne savent que vénérer le dieu argent.
Ils le savent, ils en sont conscients,
Ils savent exactement où ils en sont dans leur plan.
Y a du sable dans la machine, ils ont fait leur temps,
Mais jamais le monde ne redeviendra comme avant.
Je comprends que tu veuilles fermer les yeux,
Je respecte ton choix de la pilule bleue.
Je te protégerai autant que je le peux,
Parce que c’est l’amour qui m’anime et j’en ai pour deux. J’en ai pour eux.
Au-delà des cieux, je m’exprime pour celles et ceux qui jouent encore le jeu.
J’en ai pour eux, mais ça ira mieux, quand t’ouvriras les yeux,
Quand ce sera évident, on changera les règles du jeu.
J’en ai pour eux, au-delà des cieux, je m’exprime pour celles et ceux qui jouent encore le jeu.
J’en ai pour eux, et ça ira mieux, quand t’ouvriras les yeux, quand ce sera évident, on changera les règles du jeu.

partage cet article !