Auto-confinement des personnes âgées : « Pour quelles raisons on ferait ça ? On n’a plus qu’à mourir alors ? »

Santé

mise à jour le 22/02/21

Couple de personnes âgées

La proposition d’un auto-confinement des personnes âgées, très controversée, a été émise par des membres du Conseil Scientifique dans la revue professionnelle The Lancet : instaurer un « contrat social », où les personnes âgées et les plus fragiles accepteraient de s’auto-isoler, pour que le reste de la population évite un nouveau confinement. A Besançon, le week-end dernier, l’idée était rejetée par la plupart des personnes concernées que les journalistes de France 3 ont rencontrées.

Si un auto-confinement généralisé des personnes les plus à risque permettrait de soulager les hôpitaux, la logique sanitaire créerait aussi une inégalité de traitement. Pour Mikaël Le Denmat, avocat, ce serait une négation de la devise « Liberté égalité Fraternité », les trois piliers du droit Français. « D’un seul coup, on en attaque deux, et puis finalement le troisième aussi », explique-t-il, « car dans quelle mesure on est encore fraternels quand on dit à certains “restez chez vous par vous-même, mais quand même on vous y incite fortement, pour permettre aux autres de conserver leur liberté ?” C’est compliqué ». Mais pour le moment, l’auto-confinement des anciens n’est pas à l’ordre du jour, le gouvernement l’a répété.

« Pour quelles raisons on ferait ça ? On n’a plus qu’à mourir alors ? C’est déjà bien assez dur pour les vieux dans les Ehpads, qui ne peuvent pas sortir. »
« J’ai 86 ans, je n’ai d’ordres à recevoir de personne ! »

Suite de l’article…

partage cet article !