Au Japon deux hommes, de 30 et 38 ans, décèdent : l’Etat suspend le vaccin Moderna

Santé

mise à jour le 09/09/21

Le Japon avait tout d’abord suspendu, jeudi 26 août, l’utilisation de plus de 1,63 million de doses de vaccins Moderna contre le Covid-19, après la découverte d’impuretés dans trois lots distribués sur son territoire.

Deux hommes, âgés de 30 et 38 ans, sont morts en août après avoir reçu une deuxième dose de vaccin Moderna issue de l’un des trois lots suspendus par le gouvernement japonais, comme l’a annoncé, samedi 28 août, le ministère de la Santé.

Fiévreux après la vaccination, les deux hommes ne souffraient pourtant d’aucun problème de santé ou d’allergie pouvant expliquer leur mort, selon le communiqué publié par le ministère.

Lire la suite…

Environ 1,6 million de doses du vaccin contre le coronavirus de Moderna ont été retirée au Japon en raison de la contamination signalée dans certains flacons, a annoncé jeudi le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales.

Plusieurs centres de vaccination ont signalé que les flacons de vaccins contenaient des corps étrangers, selon une annonce du ministère, qui a ajouté qu’il cherchera à minimiser l’impact du retrait sur le programme de vaccination du pays. Le ministère a déclaré plus tard dans la journée que la substance qui avait été mélangée pouvait être du métal. « C’est une substance qui réagit aux aimants », a déclaré un responsable du ministère. « Ce pourrait être du métal. »

Takeda Pharmaceutical est chargé de la distribution au Japon du vaccin Moderna développé aux États-Unis.

Moderna, cotée au Nasdaq, a confirmé avoir reçu « plusieurs plaintes concernant des particules » dans les flacons de vaccin distribués au Japon, mais a déclaré n’avoir trouvé « aucun problème d’innocuité ou d’efficacité » lié à ces rapports.

« La société enquête sur les rapports et reste déterminée à travailler de manière transparente et rapide avec son partenaire, Takeda, et les régulateurs pour répondre à tout problème potentiel », a déclaré un porte-parole de Moderna à Nikkei, affirmant que le fabricant de médicaments croyait qu’ un « problème de fabrication » dans une usine en Espagne. était la cause.

Le lot de vaccins en question et deux autres lots ont été mis en attente « par surcroît de prudence», a déclaré le porte-parole. Le ministère japonais n’a pas interrompu l’utilisation des vaccins Moderna dans d’autres lots, les jugeant sans danger.

Le Premier ministre Yoshihide Suga a déclaré aux journalistes jeudi après-midi qu’il avait demandé au ministère d’examiner le cas en faisant de la sécurité la priorité absolue, ajoutant qu’il avait reçu des informations selon lesquelles le retrait « n’aura pas d’impact significatif sur la campagne de vaccination du pays ». Le vaccin Moderna a obtenu une autorisation d’utilisation d’urgence au Japon en mai.

Traduction Le Média en 4-4-2

partage cet article !