Après le « poisson d’avril » de Chalençon, la SDJ de M6 réplique avec un communiqué

7 avril 2021 | Société

Chalençon

Le collectionneur Pierre-Jean Chalençon accuse les reporters de M6 de l’avoir piégé et harcelé. La Société des journalistes (SDJ) des JT de M6 défend son enquête dans un communiqué. En outre, un membre du gouvernement aurait bel et bien participé à un repas clandestin.

Un « énorme poisson d’avril »

Dans un communiqué diffusé sur Twitter le 6 avril, la Société des journalistes (SDJ) des journaux télévisés de M6, composée de 68 journalistes, a exprimé sa solidarité vis-à-vis du reportage diffusé sur la même chaîne, révélant des diners clandestins dans les milieux huppés de Paris. Visé par l’enquête, le collectionneur Pierre-Jean Chalençon s’est depuis défendu, notamment sur BFMTV.

C’est ainsi que le 6 avril, il a expliqué au journaliste Bruce Toussaint avoir été harcelé par un reporter de M6 et réfuté, dans la foulée, être à l’origine de dîners clandestins. Le collectionneur avait pourtant assuré (sous le voile d’un anonymat peu anonyme in fine) dans l’enquête de M6 qu’il croisait des ministres lors de ces soirées mais au cours de cette interview sur BFMTV, Pierre-Jean Chalençon s’est ravisé, évoquant un « énorme poisson d’avril ».

« Au moins un membre du gouvernement » était présent à un dîner clandestin

Concernant la présence de ministres au cours de ces repas clandestins, la SDJ ajoute une nouvelle information : « D’autres sources nous ont confirmé en « off » la présence d’au moins un membre du gouvernement à un de ces dîners. Nous poursuivons nos investigations. » 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a malgré tout déclaré sur Europe 1 le 6 avril qu’à sa connaissance, aucun ministre ne participait à de tels dîners de luxe clandestins et il a pourfendu une rumeur qui « sape les fondements de la démocratie ».

Qui croire ? Les journalistes qui font leur boulot et dénoncent ? Ou un ministre ayant plusieurs accusations de viol sur le dos — même si celui-ci n’a pas été mis en examen après sa confrontation — qui ne se gêne pas pour fermer les yeux sur ce qui l’arrange ?