Alaska : réaction allergique grave au vaccin contre le Covid

Santé

mise à jour le 22/12/20

Alaska : un travailleur de la santé a une réaction allergique grave au vaccin contre le coronavirus

En Alaska, les responsables de l’État ont révélé, mercredi, qu’un travailleur de la santé a eu une grave réaction allergique après avoir reçu le nouveau vaccin contre le coronavirus développé par Pfizer et BioNTech – le premier cas de ce type signalé aux États-Unis depuis que les vaccins ont commencé à être injectés plus tôt cette semaine.

Le cas de l’Alaska fait écho à deux cas similaires en Grande-Bretagne où des membres du personnel de santé ont eu des réactions allergiques graves mais non mortelles au vaccin. Mais les travailleurs britanniques avaient des antécédents de réactions allergiques graves, alors que la femme de l’Alaska n’en avait aucun, ont déclaré les responsables de la santé de l’Etat. Son état est stable à présent et elle est sortie d’un hôpital où elle a passé la nuit.

Lors d’essais randomisés, Pfizer n’a signalé aucune réaction allergique de ce type, connue sous le nom d’anaphylaxie, mais les personnes ayant des antécédents de réactions aussi graves ont été exclues de la participation aux essais.

Les responsables fédéraux de la santé ont félicité les responsables de l’hôpital de l’Alaska d’avoir suivi les directives de surveillance, d’avoir détecté la réaction de la femme et l’avoir traitée rapidement. Ces directives conseillent d’observer les personnes sans antécédents de réactions allergiques pendant quinze minutes après avoir reçu une injection, celles qui ont des antécédents d’allergies graves doivent être observées pendant trente minutes.

L’agent de santé de l’Alaska, décrite comme étant d’âge moyen mais non identifiée par ailleurs, a commencé à avoir des bouffées de chaleur et à présenter d’autres signes de réaction allergique environ dix minutes après avoir reçu la piqûre, mardi après-midi, à l’hôpital régional de Bartlett à Juneau.

« Lorsqu’elle est arrivée aux urgences, elle se sentait essoufflée. Elle n’avait pas de respiration sifflante. Son rythme cardiaque était élevé », a déclaré Lindy Jones, le médecin traitant qui l’a soignée avec de l’épinéphrine, couramment utilisée pour combattre les réactions allergiques graves. Les symptômes sont toutefois survenus et repartis, et la travailleuse a passé la nuit dans l’unité de soins intensifs.

Mercredi matin, son état était stable, elle ne présentait plus de symptômes et ne prenait plus de médicament. Mais en raison de sa réaction allergique sévère, elle ne recevra pas de deuxième dose de vaccin dans trois semaines, comme le veut le protocole normal avec ce vaccin.

« Elle a gardé une attitude très positive », a déclaré Nobel Anderson, un médecin qui l’a soignée pendant la nuit. « Elle était excitée d’avoir reçu la première dose et déçue de ne pas recevoir la deuxième. Et elle nous a tous encouragés à continuer. »

Anne Zink, médecin en chef pour l’Alaska, a déclaré que l’incident ne modifiera pas les plans de distribution du vaccin.

« C’est une nouvelle pandémie, c’est un nouveau virus. Nous apprenons beaucoup de choses ensemble », a déclaré Zink.

Les scientifiques ne savent pas précisément pourquoi le nouveau vaccin déclenche, dans de rares cas, une réaction sévère.

« Ce que nous devons découvrir, c’est quel est le composant du vaccin qui provoque cette réaction », a déclaré mercredi Paul Offit, pédiatre et expert en vaccins à l’hôpital des enfants de Philadelphie. « Une hypersensibilité grave ou des réactions allergiques sévères peuvent se produire après un vaccin. Il est important de rester dans les parages pendant quinze minutes au cas où vous auriez une réaction allergique, afin de pouvoir être traité avec de l’épinéphrine pour atténuer vos symptômes. »

Bien que la réaction de la travailleuse de santé soit jusqu’à présent un cas isolé, elle a suscité l’intervention de hauts fonctionnaires des centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), dont Jay Butler, le directeur-adjoint de l’Agence pour les maladies infectieuses, qui a participé à la conférence de presse avec les médecins d’Alaska mercredi après-midi.

« C’est un cas dans lequel les systèmes ont très bien fonctionné », a déclaré M. Butler, précisant que des experts de tout le pays ont été consultés lorsque le CDC a été alerté mardi de l’incident en Alaska.

Le CDC a publié un guide indiquant que les personnes ayant des antécédents de réactions graves à tout autre vaccin ou thérapie injectable « peuvent toujours être vaccinées, mais doivent être conseillées sur les risques inconnus de développer une réaction allergique grave ».

Une porte-parole de Pfizer a déclaré que la société n’a pas tous les détails sur ce qui s’est passé en Alaska mais qu’elle « travaille activement avec les autorités sanitaires locales à une évaluation ».

« L’information posologique comporte une mise en garde/précaution claire selon laquelle un traitement médical approprié et une supervision devraient toujours être disponibles en cas d’événement anaphylactique rare suite à l’administration du vaccin », a précisé la porte-parole Jerica Pitts.

Madame Pitts a déclaré que les éventuels participants à l’essai clinique en phase finale étaient exclus, s’ils avaient des antécédents de réactions allergiques graves associées à un vaccin ou à l’un des composants de ce vaccin.

Les personnes légèrement allergiques à la nourriture, aux animaux domestiques, à l’environnement ou au latex peuvent toujours se faire vacciner avec le vaccin de Pfizer-BioNTech. Certains effets secondaires du vaccin, tels la fièvre, la fatigue, les maux de tête ou la douleur au point d’injection, sont courants et disparaissent en un jour ou deux, selon les autorités sanitaires. Les experts affirment que le nouveau vaccin contre le coronavirus a des effets secondaires similaires à ceux du vaccin contre le zona largement distribué.

Les responsables de la santé publique ont déclaré que l’événement indésirable avait été signalé au système d’alerte précoce géré depuis longtemps par le CDC et l’administration de contrôle des produits pharmaceutiques et alimentaires (FDA).

Ce système de sécurité vieux de trois décennies, connu sous le nom de Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS : Système de recueil des effets secondaires des vaccins), recueille des informations sur les effets secondaires ou les problèmes de santé possibles après la vaccination. Le système recherche les tendances inhabituelles ou inattendues qui nécessitent un examen plus approfondi. Tout le monde peut signaler une réaction ou une blessure, y compris les prestataires de soins de santé, les patients et les représentants des patients tels que les soignants ou les avocats.

– Source : Health-care worker in Alaska has severe allergic reaction to coronavirus vaccine
– Une traduction du « Média en 4-4-2 »

partage cet article !