Ron DeSantis deviendra-t-il le nouveau chef des républicains à la place de Trump ?

Politique

mise à jour le 10/11/22

L’enfant de Jacksonville en Floride, Ron DeSantis, va-t-il devenir l’homme fort de l’Amérique à la tête des républicains et ainsi succéder à Donald Trump ? Réputé proche du président Donald Trump et de son entourage, il a été réélu gouverneur de Floride lors des élections de mi-mandat de novembre 2022, battant le candidat démocrate Charlie Crist d’une marge de 19,6 %.


D’origine italienne, diplômé de Yale, de Harvard, ancien marine, nommé par la suite au poste d’avocat adjoint spécial au bureau du procureur américain dans le district central de Floride, il a été élu au Congrès pour la première fois en 2012. Allié de la première heure de Donald Trump, l’homme fera sensation lors de la pandémie et signera l’interdiction de l’obligation des vaccins et du masque dans les écoles, interdira le passeport vaccinal proposé par Biden, annulera toutes les amendes infligées par les autorités locales dans le cadre des mesures liées au Covid-19, interdira officiellement l’idéologie de genre en maternelle et redonnera les pleins pouvoirs aux parents sur l’éducation de leurs enfants. Il sera aussi un soutien du Dr Joseph Ladapo qui déclarera : « On empêche les personnes vaccinées de parler des effets secondaires ! »

Ron DeSantis jouit d’une très bonne réputation. Ce non-aligné, qui a adopté la politique de Trump,  est resté ferme et a mené son État à travers la pandémie avec brio. Sa victoire écrasante dans l’État de Floride lors des élections de mi-mandat — digne de prendre place dans le livre des records — a fait sensation aux États-Unis au point de reléguer l’ex-président Trump au second rang. Selon Fox News, « non seulement la victoire était stupéfiante en soi, mais elle a également renforcé une nouvelle réalité : les électeurs hispaniques pourraient déplacer leur alliance à long terme vers les républicains. Beaucoup concluront, sur la base des résultats de mi-mandat 2022, que le parti républicain est prêt à passer à autre chose, sans Donald Trump à sa tête. »

De son côté, Donald Trump est accusé de jouer personnel, de mettre ses propres soutiens en avant — même peu expérimentés — au lieu de privilégier la victoire des sièges pour le parti républicain. À l’approche du bureau ovale en 2024, les dissensions apparaissent et Trump n’a pas hésité a attaquer celui qu’il considère — à juste titre — comme son plus grand soutien, Ron DeSantis. Trump l’a menacé, s’il décidait de se présenter en 2024, de révéler des informations peu flatteuses à son sujet.
.
Que vont faire les électeurs américains ? Soutenir l’homme fort Donald Trump, grand vainqueur des élections de 2016 ? Choisir celui qui avait réussi l’exploit de refaire démarrer l’emploi aux États-Unis mais aussi de ne pas faire la guerre, au point de s’entendre avec la Russie de Vladimir Poutine ? Ou bien préféreront-ils le renouveau avec Ron DeSantis qui est dans la même veine qu’un Donald Trump mais sans les casseroles et la diabolisation ? A suivre…
.
Le Média en 4-4-2.

partage cet article !