Pr Arne Burkhardt : « Sur 10 autopsies, 5 décès sont très probablement liés à la vaccination »

Santé, Science et technologie

mise à jour le 09/10/21

Avant de voir la vidéo sur le Pr Burkhart, une précision sur les composants des globules blancs : les granulocytes font partie du système de l'immunité innée ; les lymphocytes constituent l'immunité acquise.

Voir sur Rumble :

Vidéo visible aussi sur Odysee : Dr. Arne Burkhardt : “30 à 40 % des décès survenant après la vaccination sont dus à cette dernière. »

Les effets indésirables de la vaccination covid

Point commun des autopsies du Pr Burkhardt : les lymphocytes (pas les granulocytes) se répandent dans tous les tissus et tous les organes où ils ne devraient pas être. Ils sont une réponse immunitaire excessive qui se retourne contre elle-même, avec risque de maladies auto-immunes, de destruction d’organes (foie, poumon, thyroïde, glande salivaire), d’épuisement des organes lymphatiques, d’accélération du développement du cancer, de thrombose et finalement de réduction de la capacité immunitaire « externe ». Certaines personnes avaient avant la vaccination des maladies rares — tel le syndrome de Sjögren des glandes salivaires — mais les retrouver si nombreuses dans un groupe réduit de dix personnes est totalement impossible.

L’acier inoxydable dans les vaccins Moderna

Le 20 septembre 2021, lors d’une conférence de presse, les Dr Uta Langer, Bärbel Ghitalla et Helena Krennont montré des particules de corps étrangers (de 40µu à 0,5 mm) au microscope optique. L’institut Paul Ehrlich n’a rien vu dans les vaccins — et rien cherché non plus —, alors que n’importe qui peut utiliser un microscope optique.
Les Japonais ont été les seuls à voir des particules d’acier inoxydable, dans des vaccins Moderna (1,63 million de doses). Moderna a répondu que l’acier était utilisé dans le corps humain pour les valves artificielles, etc. et qu’il ne présentait donc aucun danger. « Que celui qui a assassiné avec un poignard vienne dire au tribunal que son couteau étant en acier, il ne pouvait faire de mal ! » commente, pince-sans-rire, le Pr Burkhardt. Plus sérieusement : les corps étrangers sont dangereux, ils peuvent provoquer des micro-embolies.

La pépite sur les vaccins

Le physicien Eric Balm remporte la pépite ! À propos de particules aimantées (avant la découverte des Japonais d’acier inoxydable dans les vaccins Moderna), il a déclaré à la BBC : « Outre le fait qu’aucun métal ne se trouve dans les vaccins, nous nous sommes quand même prêtés au jeu en nous posant la question de savoir comment ce matériau pourrait être administré ? Pour s’injecter des particules aimantées, il faudrait que celles-ci soient extrêmement petites pour entrer dans une aiguille de “moins d’un millimètre de diamètre” ». Eh oui, Mr Balm ! des particules de 40 µu à 0,5 mm entrent bien dans une aiguille de moins d’un millimètre.

Prudence médicale contre prudence commerciale

Le Pr Burkhadt s’étonne que l’acte d’aspiration ne soit plus pratiqué avant l’injection : « Le personnel vaccinant devrait aspirer avant d’injecter le vaccin ! » Une remontée de sang alerterait le soignant. Cela éviterait d’injecter directement le produit dans un vaisseau sanguin. C’est pour cela que la vaccination doit être entre les mains des médecins, constate le Pr Burkhadt. Or cet acte a été supprimé par l’OMS. Aucune aspiration ne doit être réalisée avant l’injection du vaccin car bouger l’extrémité coupante de l’aiguille augmente la douleur. Et confier l’acte d’injection à plus de monde augmente la diffusion des vaccins. Le risque d’introduire l’aiguille dans un petit vaisseau sanguin — il y en a toujours dans les muscles — pourrait être pourtant évité par ce geste. Les avis sont donc partagés. D’un côté la prudence médicale du Pr Burkhadt, de l’autre la prudence commerciale de l’OMS. A vous de juger !

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !