On aura tout vu : des sas de désinfection sont envisagés pour accélérer la réouverture des restaurants et des commerces

Santé

mise à jour le 26/04/21

Le Medef s’intéresse à des solutions technologiques qui permettent à un client de se débarrasser de la charge virale présente sur lui avant d’entrer dans un lieu public. Au programme, en plus des vaccins et du pass sanitaire, sas de désinfection et cabine en tout genre.

La perspective de réouverture des terrasses et des lieux culturels à la mi-mai semble se confirmer. Mais le patronat entend que les choses aillent plus vite et concernent plus de commerces. Pour accélérer, il s’intéresse à des solutions technologiques qui permettent de se « désinfecter » avant d’entrer dans un lieu public.

Ce mardi, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, était ainsi en visite chez BeLifeline qui développe toute une série d’équipements comme des cabines ou des sas de désinfection qui peuvent être installés à l’entrée de commerces, de bureaux ou de lieux culturels.

Dans ce genre de cabine, « toutes ces bactéries, tous ces virus et toutes ces poussières sont attirés vers le sol : vous pouvez du coup pénétrer à l’intérieur en ayant réduit la charge virale que vous portez sur vous à 99,99 % grâce à un procédé de ionisation », explique son directeur du développement à FranceTV.

Sur le papier, l’idée a de quoi séduire de nombreuses entreprises, mais le coût en refroidira beaucoup. Une cabine de désinfection coûte entre 8 000 et 30 000 euros. L’investissement est donc conséquent et on voit mal le petit restaurant de quartier avoir les moyens de s’équiper.

Lire l’article…

partage cet article !