Note interne à l’ensemble des DRH des hôpitaux de Paris : les soignants positifs peuvent continuer à travailler

Santé

mise à jour le 01/01/22

Depuis le 16 octobre 2021, la vaccination contre le Covid-19 est obligatoire pour les personnes travaillant dans les établissements et services sanitaires et médico‑sociaux. Elles doivent avoir un schéma vaccinal complet ou ne pas y être soumises en raison de contre-indication médicale ou d’un rétablissement après une contamination par le Covid-19.

La vaccination ne suffit pas…

Un Message d’Alerte Rapide Sanitaire du ministère de la Santé du 24 décembre a été diffusé à tous les hôpitaux. Une note, destinée à l’ensemble des DRH des hôpitaux de Paris du 29 décembre 2021, traîne sur internet. Nos deux DRH de l’AP-HP à l’origine de cette note (suivant l’injonction du ministère) ne semblent pas plus convaincues que leur ministre de l’efficacité de la vaccination. Il s’agit de Hélène Oppetit (Ecole nationale de la santé publique) et de Vannessa Fage-Moreel (maîtrise de sciences de gestion, DESS économie et gestion des services de santé, diplômée de l’Ecole des hautes études en santé publique). Sans être des médecins, elles décident pourtant des mesures de santé du personnel médical. Après tout le neurologue Olivier Véran est bien devenu épidémiologiste. Tout est possible !

Note à l’attention des directeurs des Ressources Humaines de GHU, Etablissements hors GHU, PIC et Siège

Des soignants (vaccinés) positifs peuvent travailler à l’AP-HP

Les soignants cas contact sans symptômes n’auront pas droit à un arrêt maladie, même si Ameli leur en envoie un et l’absence de l’agent à son poste de travail sera requalifiée en absence injustifiée non rémunérée.

Les soignants positifs et avec symptômes (vaccinés) doivent s’arrêter de travailler, puis faire un test PCR sept jours après. Avec un test négatif, ils pourront recommencer à travailler. Jusque-là c’est logique, mais si le nouveau test est positif (avec une faible charge virale)… eh bien, il pourront malgré cela reprendre le travail.

Les soignants positifs (quoique vaccinés) mais avec très peu de symptômes ou pas du tout  peuvent travailler en cas de manque de personnel. Il leur faudra respecter les mesures barrières et porter sans arrêt un masque.

Le personnel des hôpitaux concerné par le télétravail devra obligatoirement le pratiquer à partir du 3 janvier 2022  pendant 3 semaines à raison de 3 ou 4 jours par semaine. Dans une note alléchante du 30 décembre 2021, Vannessa Fage-Moreel leur offre une prime extrêmement motivante de 2,5 € par jour.

Un patron de café aurait-il le droit d’employer du personnel vacciné, mais quand même testé positif ? A l’AP-HP, c’est possible. On aurait pu croire à une plus stricte application des règles sanitaires dans les hôpitaux. Il doit sans doute être plus difficile de trouver une infirmière qu’un serveur.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !