Nicolas Maduro soutient la Russie et condamne l’activité déstabilisatrice des États-Unis via l’OTAN

Politique

mise à jour le 02/03/22

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a exprimé son fort soutien à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d’un appel téléphonique. Il a souligné l’importance de lutter contre la campagne  de désinformation lancée par les pays occidentaux. Maduro avait déploré le mépris et la violation des accords de Minsk d’une partie de l’OTAN soutenue par les États-Unis.


« Le Venezuela est avec Poutine, il est avec la Russie. Il est avec les causes courageuses et justes dans le monde »

Grand connaisseur des basses manœuvres mensongères des Etats-Unis et de l’Union européenne par l’utilisation des sanctions économiques, le président vénézuélien dénonçait lors de la 49e session ordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies : « Le Venezuela a été la cible de cinq cent deux mesures coercitives unilatérales et d’autres dispositions criminelles et illégales directes et indirectes pour détruire notre économie, déstabiliser notre démocratie et mettre fin au modèle social inclusif construit par la révolution bolivarienne du vingt-et-unième siècle. L’élite impérialiste des États-Unis, l’élite néocoloniale de l’Union européenne (UE) et d’autres États ont violé les droits de l’homme (DH) de notre peuple et le droit au développement. »

C’est en connaissance de cause que le président de la République bolivarienne a réitéré la condamnation par le Venezuela des actions déstabilisatrices de l’OTAN. Il souhaite la compréhension et le dialogue, comme moyens de préserver la paix. « La République bolivarienne du Venezuela, conformément à sa diplomatie constitutionnelle de paix, exprime ses meilleurs vœux pour le règlement pacifique de ce conflit, tout en rejetant l’application de sanctions illégales et d’attaques économiques contre le peuple russe, qui affectent massivement la jouissance de leur droits de l’homme« 

Lors de cet appel téléphonique, le président Poutine a, de son côté, partagé sa vision de la situation en Ukraine, soulignant que « les objectifs de l’opération militaire spéciale étaient de protéger la population civile du Donbass [NDLR : Ukrainiens russophone dans l’Est du pays], la reconnaissance par Kiev de la DNR et LNR [NDLR : Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk], comme indépendantes, ainsi que la souveraineté russe sur la Crimée, la démilitarisation et la dénazification de l’État ukrainien et l’assurance de son statut neutre et non-nucléaire. »

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !