Marcel sur le préfet qui donne ses consignes à la directrice de l’ARS : « On adopte un ton grave et catastrophique ! »

mise à jour le 04/08/21

Dans ce gigantesque théâtre à ciel ouvert, le préfet joue le rôle du méchant pour plonger toute une population vers un confinement à cause de cas covid qui ne meurent jamais. La science-fiction dans la réalité, ça fait mal au cul et ça passe mal auprès de la population qui pige bien qu’on s’fout de sa gueule. Faut avouer que le préfet est un peu con, trop sûr de lui. Trop sûr de pouvoir entuber tout un peuple insoumis en Guadeloupe, il lâchera à la directrice de l’ARS : « On adopte un ton grave, catastrophique pas moralisateur mais juste catastrophique c’est tout. »

Faire les répétitions devant les micros de toute la presse, c’est pas la meilleure idée du préfet Alexandre Rochatte. Tu sens tout de suite que le Cours Florent, c’est pour tourner dans « Plus Belle la vie ». Il n’aura pas le premier rôle dans le nouveau monde de demain que ses maîtres préparent. Tout au plus, il pourra tourner dans un vieux porno scato où la discrétion n’a plus sa place entre un mur bétonné et un Rocco Siffredi au meilleur de sa forme.  « Rochatte » dans le générique, ça collera parfaitement dans un film de boules.

Tous ces suppôts de Satan s’entendent discrètement pour soumettre les peuples du monde, la dictature se déroule dans le chuchotement, les bruits de bottes ça fait bien trop de bruit. Sauf que les Antillais ne comptent pas retourner vers l’esclavage et connaissent trop bien l’arnaque du chlordécone pour s’enfiler deux injections à la volée.

Évidemment, on ne remerciera jamais assez le préfet d’être aussi nul dans la manipulation des masses. Son incompétence crasse aura permis d’ouvrir les yeux aux plus couillons qui y croyaient encore.

Merci Ronchatte et passe le bonjour à Rocco !

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !