Malgré une opposition de masse contre le passeport vaccinal européen, le projet reste en place

Santé

mise à jour le 21/03/21

passeport vaccinal

Alors que la consultation du CESE révèle une très claire hostilité des Français à l’encontre de la mise en place d’un passeport vaccinal, le projet continue d’avancer…

67,1 % des participants à la consultation se déclarent « très défavorables » à l’utilisation en France d’un passeport vaccinal

En parallèle de la campagne de vaccination, le site du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) avait lancé une consultation pour étudier la perception de l’utilisation d’un éventuel passeport vaccinal.  Mardi 16 mars, les résultats sont tombés : 67,1 % des 110 507 participants à la consultation se déclarent très défavorables au passeport vaccinal. Cependant les négociations européennes s’accélèrent sur la mise en service d’un certificat sanitaire qui puisse faciliter les voyages au sein de l’Union européenne avant les vacances d’été.

La Commission européenne présentera ce mercredi les contours du « passeport vert »

Dimanche 14 mars, le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a annoncé qu’un cadre d’application d’un certificat de santé européen, qui permettrait relancer le tourisme européen à partir de juin, allait voir le jour. Appelé « passeport vert »,  ce certificat faciliterait les voyages au sein de l’Union européenne, potentiellement dès avant les vacances d’été. Il permettra de centraliser des données qui autorisent  une personne à voyager librement, à savoir : être vaccinée contre le Covid-19, être immunisée par une contamination préalable ou avoir reçu un résultat négatif au test PCR. En plus d’être valable dans tous les pays européens, ce passeport ne sera pas réservé aux personnes munies de smartphone, car il pourra aussi prendre un format papier et sera doté d’un code QR.  Pour Thierry Breton, l’utilisation d’un tel passeport semble indiscutable

L’application d’un passeport impopulaire, une forte régression démocratique ?

La synthèse des contributions a été transmise aux pouvoirs publics, « afin de d’éclairer la décision publique ». Mais ces contributions ne peuvent rien contre les prises de décision au niveau européen.

Lire l’article…

partage cet article !