Interview 4-4-2 avec le champion du monde Tom La Ruffa : « 2021 est le début de la chute de ce système »

18 mars 2021 | Politique, Santé, Société, Sport

Catcheur, le Niçois Tom La Ruffa s’est formé outre-Atlantique, où ce sport est déjà répandu et reconnu. Il y est apparu sous différents noms : Sylvester Lefort, Eagle Mask et Basile Baraka. Il a été sacré cinq fois champion du monde. Aujourd’hui il fait parti de la TNA Impact Wrestling. Nous ne le recevons pas pour discuter Moonsault, Belly to Belly ou Hurricanrana mais « crise sanitaire », puisque Tom ne fait pas semblant quand il parle du Covid et de l’oligarchie mondiale sur les réseaux sociaux.

Tom La Rufa

« Quand le système censure quelqu’un sans réelle raison, c’est qu’en général il a fait mouche. »

Le Média en 4-4-2 : Sur votre page Wikipédia, de nouvelles lignes sont apparues très récemment : « En 2020, son compte Twitter est cité par NewsGuard, comme étant un propagateur de fausses informations pour avoir partagé le documentaire “Plandemic” de la virologue Judy Mikovits. » D’où vous vient cette prise de conscience ? A quel moment de cette « crise sanitaire » vous êtes-vous dit qu’il y avait quelque chose d’étrange dans le discours officiel ?

Tom LR : Cette « prise de conscience » vient tout simplement du fait que j’ai depuis longtemps un esprit critique et que je n’aime pas me faire dicter quoi penser ou quoi faire. Pour cela je pioche dans TOUS les points de vues disponibles, et je me fais mon propre avis. Or très vite, dès début avril 2020 il y a un an, David Icke, un Anglais que beaucoup qualifient de complotiste, a commencé à tirer la sonnette d’alarme sur cette « crise sanitaire ». Il s’est fait immédiatement censurer sur YouTube, notamment une interview réalisée par la chaîne LondonReal, supprimée immédiatement après leur stream live qui avait réuni plusieurs centaines de milliers de spectateurs, dont moi. Et bon, on sera d’accord sur le fait que quand le système censure quelqu’un comme ça, sans réelle raison, c’est qu’en général, il a fait mouche. Et donc cela m’a amené à continuer à creuser, et donc tomber sur ce documentaire « Plandemic », que j’ai eu le MALHEUR de partager sur Twitter… S’en est suivi Newsguard, cette bande de guignols de fact checkers… C’est marrant que vous me parliez d’eux, ils n’ont jamais publié la réponse que je leur ai envoyée quand ils m’ont contacté en DM sur Twitter à l’époque… Peut-être cette interview en est l’occasion. Ma réponse résumait bien la situation.

Le Média en 4-4-2 : Quelle était cette réponse ?

Tom LR : Je leur montrais entre autres la malhonnêteté intellectuelle de leur démarche. Par exemple, pour qualifier un film de « fake news », ils vont prendre un passage de quelques secondes sur un film de 90 minutes, où un des protagonistes va dire « ce jour-là il y a avait cinq nuages dans le ciel », et ils vont te sortir une analyse d’experts, souvent inconnus, qui te dira « non, non, ce jour-là il y avait six nuages dans le ciel, selon notre analyse ». Et ils se serviront de ce genre d’arguments pour décrédibiliser tout un projet ou une personne. C’est ridicule. Mais le problème c’est que se met ensuite en marche tout un réseau de communicants qui relayent entre eux leurs « conclusion ». Bref, voici la fin du message que je leur avais envoyé, car je pense que c’est ce qui ne leur a pas trop plu…

« Pour un avis plus personnel, l’émergence “plandémique”, si vous me permettez ce clin d’œil, de tous ces sites “fact checking” n’est qu’une tentative de plus en plus désespérée de reprendre le contrôle de l’information (et donc de la perception des gens) par les médias de masse  (notamment pour NewsGuard, à la vue du CV de vos dirigeants et consultants). Il n’est plus à prouver que ces dernières années, lesdits médias ont prouvé leur incapacité à donner au public une information claire, véridique et objective, ne servant pas les intérêts de leurs propriétaires, et ce, aussi bien en France qu’aux États-Unis. Le public, malheureusement, ne croit plus aux “Fake news” des MSM (mainstream media), et la recrudescence de site “fact checkers”, je l’observe, ne fait que les renforcer dans leurs profondes opinions. C’est très triste d’en être arrivé à ce point, mais cela permet aux personnes courageuses et motivées de faire leurs recherches par elles-mêmes et de se forger leur propre opinion, plutôt que de se la faire dicter par une soit-disant “autorité”, bien souvent corrompue par de nombreux conflits d’intérêts. »

« Un complotiste est la personne qui pense par elle-même et n’avale pas, tel un zombie, la propagande des merdias. »

 Tom La Ruffa par le dessinateur Isnaiï

Le Média en 4-4-2 : Ces médias mainstream t’ont qualifié de complotiste. Comment y as-tu réagi ?

Tom LR : Je pense qu’on qualifie de « complotiste » aujourd’hui la personne qui pense par elle-même et n’avale pas, tel un zombie, la propagande des merdias. Ça en devient ridicule. Beaucoup de gens pensent comme un complotiste, mais ont peur de le dire à voix haute. Je préfère dire ce que je pense, et essayer de faire changer les choses. Fermer ma gueule pour être « politiquement correct » et laisser la France se diriger de plus en plus vers la dictature, non merci.

Le Média en 4-4-2 : Comment a réagi ton entourage à ces attaques ? Ont-elles eu une répercussion sur ton activité professionnelle ?

Tom LR : Mes relations avec mon entourage, aussi bien personnel que professionnel, n’ont pas vraiment changé. Quand il est possible d’avoir une discussion claire, posée, et donc un vrai échange, beaucoup se rendent compte qu’un « complotiste » marque quand même beaucoup de bons points, qui poussent les « matrixés » à la réflexion et la remise en question de leurs idées reçues. Donc au contraire, beaucoup de gens me disent qu’ils apprécient voir un mec comme moi dire ce qu’il pense vis à vis de ce merdier…

« On a tous un consentement qu’il faut exprimer librement et clairement »

Le Média en 4-4-2 : On voit que tout s’accélère : la vaccination s’intensifie, le « passeport vert » prend forme, le revenu universel est dans les cartons… Gardes-tu ton optimisme en pensant qu’un éveil collectif va éviter ce monde-là, ou est-ce déjà trop tard selon toi ?

Tom LR : Il n’est jamais trop tard, tant qu’on n’abandonne pas. La dernière chose dont on a besoin c’est d’une attitude défaitiste, et de baisser les bras. Certes, le système a l’air puissant avec sa propagande merdiatique et ses politiques qui ne sont que des marionnettes de ce qu’on appelle l’État profond… Mais je suis convaincu que 2021 est le début de la chute de ce système. Ils ne censureraient pas autant s’ils n’étaient pas en panique totale. Il suffit de regarder à quel point par exemple les gens regardent une vidéo de Trump comparé à Biden (trois millions de vues en un jour contre même pas un million en un mois) ou encore tous les commentaires négatifs sur le passeport vaccinal. Les gens se réveillent. Mais c’est un combat quotidien, et SURTOUT il faut que le peuple prenne conscience que sa voix compte, son avis compte, qu’il faut l’exprimer, peu importe le moyen, et qu’on a tous un consentement qu’il faut exprimer librement et clairement.

Le Média en 4-4-2 : Nous sommes beaucoup à être confrontés à ce terrible constat : cela fait des mois que nous tentons de réveiller nos proches avec des arguments que l’on trouve béton, et pourtant cela ne bouge que très très peu… Que peux-tu nous dire pour remotiver les troupes ?

Tom LR : Que tout le monde se réveille à des vitesses variables. Et que la Vérité a une vibration qui ne trompe pas. Comme le dit le dicton, un mensonge aura fait la moitié du tour du monde, alors que la Vérité finit à peine de mettre son pantalon. Ou encore qu’un mensonge prend l’ascenseur quand la Vérité choisit l’escalier. L’exemple de l’hydroxychloroquine est parfait pour illustrer cela. Il ne faut pas baisser les bras, et tenir bon. Tout le monde ne se réveillera pas forcément, mais il suffit d’une majorité d’éveillés et leur plan tombera à l’eau. N’oubliez jamais : personne ne gouverne, si personne n’obéit.

«  Pour les acteurs, c’est suit la propagande d’État et ferme ta g**ule, si tu veux continuer à bosser »

Le Média en 4-4-2 : Victoria Abril nous a fait une très belle sortie en dénonçant cette plandémie. Pourquoi, selon toi, êtes-vous si peu de personnalités publiques à vous exprimer de la sorte ?

Tom LR : Victoria Abril, J.-M. Bigard, Akhenaton, même Booba il y a quelques jours… Quand les gens sont honnêtes, on ne peut que dénoncer les anomalies de cette « crise ». Seulement, en prenant l’exemple des acteurs, la plupart sont nourris par le CNC, qui est un organe politique. Grosso modo, c’est suit la propagande d’État et ferme ta g**ule, si tu veux continuer à bosser. Donc ceux qui osent l’ouvrir méritent notre soutien. Pour ce qui est du catch, en France, ce n’est pas une discipline assez médiatisée pour que l’on change beaucoup de choses en l’ouvrant… Mais il faut comprendre que ce n’est pas en suivant le troupeau qu’on va sauver sa carrière. Soyons honnêtes, cela fait un an déjà que nos carrières sont à l’arrêt…

Le Média en 4-4-2 : Très peu de personnalités politiques s’opposent à cette dictature sanitaire. Penses-tu que des Florian Philippot, François Asselineau ou Martine Wonner puissent nous sortir de cette spirale de dingues ?

Tom LR : Malheureusement je ne pense pas. J’admire le courage de ces personnalités politiques, et je les soutiens, mais tu ne vas pas changer quoi que ce soit en France tant que, parmi tant d’exemples, on reste dans l’Union européenne, que j’ai de plus en plus tendance à appeler « l’Union SOVIÉTIQUE européenne ». Idem, sans une vraie démocratie directe, rien ne changera vraiment. Il faut le Frexit, le RIC, bref plein de changements qui ne verront pas le jour sans une refonte totale du système. Cette crise manufacturée a bien prouvé une chose : le système est gangréné jusqu’à la moelle.

Tom La Rufa

Le Média en 4-4-2 : Voici à présent les questions de nos lecteurs.

Dorothée : Comment vit le catch sous l’ère Covid ? Y a t-il encore des combats ? Les catcheurs s’entraînent-ils différemment ?

Tom LR : Le catch sous l’ere Covid a soit disparu pour les plus petites promotions, soit s’est adapté et a commencé à filmer des shows dans des salles sans public. Le catch télévisuel étant comme un feuilleton, c’est possible de le faire sans public, mais cela retire quand même vachement de son énergie et de son but premier qui est d’engager une audience et la divertir, notamment en ayant une réponse en live. Pour ce qui est des entraînements, cela n’a pas fondamentalement changé, si ce n’est que les salles municipales sont fermées, donc si on n’a pas son propre ring c’est un peu dur.

Thomas : Le catch est visuellement impressionnant. Comment faites-vous pour que les combats fassent si réels ? Est-ce comme un magicien qui détourne l’attention ? Ou un politique accusé de corruption ?

Tom LR : A la différence d’un magicien, on demande justement toute l’attention du public sur ce que l’on fait. Et à l’inverse d’un politique, on le respecte, et on se donne à 100 % pour lui. Les catcheurs (de haut niveau je précise, car aujourd’hui, beaucoup s’autoproclament catcheurs sans avoir jamais exercé dans une grande fédération de niveau mondial) sont des acteurs, qui font leurs propres cascades, donc ils sont également des athlètes hors pair. Il y a tout un art et des années d’apprentissage pour arriver à un produit qui, quand il est bien fait, laissera les gens ébahis par la violence des échanges et la qualité de l’histoire racontée dans le ring !

Jennifer : Comment voyez-vous l’avenir proche ?

Tom LR : Je le vois compliqué mais je suis optimiste et serein. Les gens se réveillent. Certes à différentes vitesses, mais une fois qu’ils ont aperçu une partie de la Vérité, ils ne se laisseront plus avoir. Il faut être patients avec les « non éveillés » ou les matrixés, mais ne jamais lâcher l’affaire avec eux. On ne peut pas forcer quelqu’un à entendre un message, mais il ne faut jamais sous estimer le pouvoir d’avoir planté une graine. C’est ma mentalité maintenant. Je plante des graines. Et je vois que je ne suis pas le seul à le faire, et donc j’en profite pour remercier chaleureusement l’équipe du Média en 4-4-2, et les encourager à continuer comme ça ! Quand les éveillés seront plus nombreux que les matrixés (on y arrive…), on aura gagné !

Pour aller plus loin :

– la chaîne YouTube de Tom La Ruffa
– son compte Instagram
– son compte Twitter

Propos recueillis par Yoann pour Le média en 4-4-2