Dr Jay Bhattacharya de l’université de Stanford : « Le confinement est la plus grande erreur de santé publique jamais commise »

14 mars 2021 | Santé, Société

Le Dr Jay Bhattacharya, professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Stanford, a récemment déclaré que le confinement dans le cadre du Covid-19 est « la plus grande erreur de santé publique que nous ayons jamais commise… Le tort causé aux gens est catastrophique. »

Bhattacharya, qui a fait ces commentaires lors d’une entrevue avec le Daily Clout, a corédigé la Grande Déclaration de Barrington, une pétition qui demande la fin des confinements dans le cadre du Covid-19, affirmant qu’ils « produisent des effets dévastateurs sur la santé publique à court et à long terme ».

Dr Jay Bhattacharya

Depuis ce lundi, la Déclaration de Great Barrington a déjà reçu la signature de plus de 13 000 scientifiques spécialisés en médecine et en santé publique, de plus de 41 000 médecins et d’au moins 754 399 « citoyens concernés ».

Au cours de l’interview le mois dernier, Bhattacharya a déclaré que la déclaration se fonde sur « deux faits fondamentaux ».
« Le premier est que les personnes plus âgées courent un risque beaucoup plus élevé de mourir du Covid-19 que les personnes plus jeunes… et c’est un fait très important parce que nous savons qui est le plus vulnérable, ce sont les personnes plus âgées. Ainsi, la première partie de la Grande Déclaration de Barrington met en avant le principe : protégeons les plus vulnérables », a déclaré Bhattacharya. « Le second fait, c’est que les mesures de confinement elles-mêmes causent beaucoup de torts aux gens. Les mesures de confinement ne sont pas une façon normale de vivre. »

Il a ajouté : « Ce n’est pas non plus très équitable. Les gens qui sont pauvres font face à beaucoup plus de difficultés à cause du confinement que les gens qui sont riches. »

Dans un courriel envoyé à Newsweek, Bhattacharya a écrit:

Je maintiens que le confinement est la pire erreur de santé publique des cent dernières années. Nous compterons les dommages sanitaires et psychologiques catastrophiques, imposés à presque chaque pauvre sur la face de la Terre, durant toute une génération.

Dans le même temps, elles n’ont pas servi à contrôler l’épidémie dans les endroits où elles ont été imposées le plus vigoureusement. Aux États-Unis, ils ont, au mieux, protégé la catégorie « non essentielle » du Covid-19, tout en exposant la classe ouvrière essentielle, directement à la maladie. Le confinement est une décision politique et a mis à mal toute la vraie science épidémiologique.

La semaine dernière, les gouverneurs républicains du Texas et du Mississippi ont annoncé la fin de leurs décisions de ports du masque à l’échelle de l’État et ont permis à une majorité d’entreprises de rouvrir leurs portes.

Le gouverneur du Mississippi Tate Reeves a tweeté la semaine dernière :

« À compter de demain, nous lèverons tous les mandats de protection sanitaire sur le territoire et les entreprises pourront fonctionner à pleine capacité, et ce, sans aucune règle imposée par l’État. Nos hospitalisations et le nombre de cas ont chuté, et le vaccin est distribué rapidement. Il est temps ! »

De même, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Il est maintenant temps d’ouvrir le Texas à cent pour cent. »

– Source : Jay Bhattacharya, Stanford Doctor, Calls Lockdowns the ‘Biggest Public Health Mistake We’ve Ever Made’ (8 mars 2021)
– Traduit par Tanguy pour Le Média en 4-4-2