Covid-19 – Les emails d’Anthony Fauci dévoilent sa politique du mensonge

Santé

mise à jour le 17/06/21

Plus de 3000 pages d’emails d’Anthony Fauci, le Monsieur Santé aux États-Unis ont été révélées.

Pourquoi c’est important ? Parce que ces emails montrent qu’il a menti dans ses déclarations publiques sur la contamination asymptomatique, sur l’origine du coronavirus possiblement modifié au laboratoire de Wuhan, sur les masques… Il était informé par plusieurs personnes de l’efficacité de l’hydroxychloroquine et il a tu cette information, qui aurait pu sauver des milliers de vies.

Le Dr Fauci était au premier plan de la communication sur le Covid-19 aux Etats-Unis. Immunologue et directeur du NIAID (Institut national des allergies et maladies infectieuses) il informait les Américains tous les soirs à la télévision sur l’évolution de l’épidémie.

Un procès intenté par BuzzfeedNews, dans le cadre du Freedom of Information Act, l’a forcé à révéler ses emails entre janvier et mai 2020. Voici quelques extraits…

Fauci savait que le virus avait des séquences génétiques modifiées

Cet email de Kristian Andersen du 31 janvier 2020 explique à Fauci que des éléments du virus sont inhabituels. « Nous avons une bonne équipe pour étudier cela. Après discussion je dois mentionner que Eddie, Bob, Mike et moi-même pensons tous que le génome ne correspond pas à la théorie d’évolution (NDLR : naturelle du virus). »

Fauci savait pour la fausse contamination asymptomatique

Le narratif de contamination asymptomatique était fondé sur cette étude dans le NEJM, citant une voyageuse d’affaires en Allemagne qui aurait contaminé des collègues à Munich sans avoir eu de symptômes.

Fauci a déclaré: « Il n’y a pas de doute après avoir lu l’article [du NEJM] que la transmission asymptomatique se produit [pour le Covid]. Cette étude clôt la question.»

L’institut Robert Koch allemand a vérifié par la suite que c’était faux : la voyageuse avait bien des symptômes. Il est apparu que les chercheurs de l’étude n’avaient pas parlé à la femme concernée. C’était un mensonge propagé par Christian Drosten, ensuite repris par Fauci.

Cet email informe Fauci que la voyageuse était bien symptomatique.

La France impliquée dans le scandale Fauci : Delfraissy

Delfraissy, patron du Conseil scientifique qui conseille le gouvernement français, figure aussi dans ces emails. Un échange entre Delfraissy et Fauci, page 1841, est particulièrement intéressant. Il écrit : « J’ai une énorme pression politique pour relâcher l’hydroxychloroquine et la donner à tout le monde mais je résiste. »

Cette affirmation est étrange puisque Delfraissy reconnaît lui-même que « suite au buzz de l’annonce du Dr Raoult… nous pouvons distinguer un léger signal positif, mais il doit être confirmé par une bonne étude randomisée ».

Ce mail date du 25 mars 2020. Deux jours après, le 27 mars, l’avis du Haut Conseil de Santé Publique a conduit à interdire en France l’hydroxychloroquine aux médecins de ville, sans étude randomisée.

Pourquoi Delfraissy a-t-il « résisté » pour libérer l’hydroxychloroquine s’il voyait un effet positif ? Pourquoi demande-t-il à Fauci son avis après l’annonce de Trump qui soutient ce traitement? Est-ce que les décisions françaises se fondaient sur les recommandations de Fauci ? Les membres du Conseil scientifique et du groupe REACTing, comme Yazdan Yazdanpanah (cité en copie des emails) sont-ils sous influence des labos, comme titrait cet article de Marianne ?

Fauci connaissait le risque des vaccins Covid

Plusieurs chercheurs (Lee Merritt, Alexandra Henrion-Caude) ont alerté sur les risques des vaccins Covid19 à ARN messager, notamment sur le risque de « facilitation d’infection par anticorps », ADE. Un vaccin peut provoquer une production d’anticorps qui peuvent aggraver ensuite la maladie contre laquelle ce vaccin même a été conçu… Ceci est un phénomène connu avec certains virus.

Un échange d’emails montre une personne demandant à Fauci d’accélerer les phases de validation des vaccins à cause de l’urgence de la crise Covid.

Fauci demande à un de ses collaborateurs de répondre à sa place, en disant : « Veuillez répondre. Mentionnez le risque de facilitation (enhancement). » Il savait que les #vaccins Covid19 ont un risque de facilitation d’infection mais ne l’a jamais mentionné au public ?

Fauci était informé de l’efficacité de l’hydroxychloroquine

Page 156, février 2020, deux médecins, Dr Paul & Karyl Stanton, avertissent Fauci de l’efficacité de l’hydroxychloroquine selon plusieurs études, y compris pour soigner ET pour prévenir le Covid-19 pour les patients à risque. Ils lui demandent de les aider à financer une étude dessus, car l’industrie pharmaceutique n’est pas intéressée pour des médicaments existants. Fauci n’a pas informé le public à ce sujet et a demandé à ses collaborateurs de répondre pour lui. D’autres personnes l’ont contacté pour d’autres traitements (ézoméprazole, etc.). Fauci n’a soutenu que le Remdesivir, traitement lucratif du laboratoire Gilead, qui n’a jamais démontré une efficacité de réduction de mortalité.

Scandale Fauci : quelles conséquences ?

Ce scandale des emails remet les sujets classés « complotistes » au centre du débat. Les grands médias commencent à reconnaître la possibilité d’une manipulation du coronavirus en laboratoire. La question du traitement par l’hydroxychloroquine est encore ignorée, car si un traitement est disponible, cela remet en question la nécessité des vaccins.

Beaucoup de personnes ont été ostracisées ou menacées pour avoir publiquement parlé de ces sujets.

Fauci était une figure mondiale d’influence, ces emails révèlent à quel point des personnes officielles peuvent mentir aux populations. Jusqu’où va le mensonge ? Les grands médias aujourd’hui en Europe minimisent l’impact de ces emails mais le scandale explose aux Etats-Unis.

Le site ICAN a annoncé la publication de 3000 nouveaux emails. Est-ce que ces révélations ne sont que le début de la fin du narratif #Covid19 ?

Momotchi pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !