Bill Gates aurait quitté Microsoft suite à une relation « inappropriée » avec une employée

mise à jour le 18/05/21

Légende à l’usage des masses : une femme ingénieur de Microsoft a fait état d’une relation extraconjugale avec Bill Gates. Informé en 2019, le conseil d’administration, annoncent les médias, aurait aussitôt diligenté une enquête, mais avant même que ses conclusions, Bill Gates démissionne de son poste d’administrateur, trois mois seulement après avoir été reconduit le 13 mars 2020. 

Plus intéressante est cette information : cet ingénieur aurait par ailleurs réclamé « des changements dans son rôle chez Microsoft ». 

Une entreprise machiste

En 2015 seulement 22 % des ingénieurs chez Microsoft sont des femmes. Le traitement réservé aux femmes est devenu, au fil des ans, une question majeure au sein de l’entreprise. 

Harcèlement et inégalité salariale vont de pair

Côté sexe, plus de 200 cas de harcèlement ont été déposés entre 2010 et 2016 contre MicrosoftUne stagiaire de Microsoft a déclaré avoir été violée par un jeune homme de son stage, avoir déposé un rapport de police et avoir subi un examen médical avant de contacter les RH de Microsoft. On lui a répondu qu’elle serait embauchée si sa plainte n’allait pas plus loin. Elle n’a donc pas insisté. Elle et le violeur présumé ont tous deux été embauchés. 

Côté salaires, à responsabilité égale, ils sont identiques, sauf que les femmes ne sont pas promues aux mêmes responsabilités que les hommes…
Mme Moussouris, qui n’avait jamais vu ses apports techniques récompensés, a intenté un procès en 2019 à Microsoft. Selon sa plainte, elle n’a pas été retenue pour des promotions « au profit d’hommes moins qualifiés et moins expérimentés » entre 2010 et 2014. Le 20 mars 2019 une femme a écrit un courriel demandant une promotion après avoir travaillé pendant 6 ans dans l’entreprise. Des dizaines d’histoires de sexisme et de harcèlement ont alors été rapportées, qui ont fait boule de neige : plus de 90 pages d’e-mails rédigés par des femmes se plaignant de harcèlement sexuel. L’entreprise n’a pas été condamnée. Elle peut donc continuer.

 

 Melinda savait que Bill n’est pas un enfant de chœur

Depuis 2013, Melinda était au courant des relations entre Bill et Jeffrey (Epstein) et sans doute d’une relation avec un ingénieur femme chez Microsoft. Et depuis encore plus longtemps, Melinda sait que Bill n’est pas un enfant de chœur. Dans les années 1980-1990 « la plupart de ceux qui étaient embauchés chez Microsoft passaient des jours à faire des codes, ensuite ils organisaient des fêtes sauvages en compagnie de strip-teaseuses, et les emmenaient chez Bill », a confié le journaliste James Wallace. « Il appréciait les fêtes en compagnie d’invités topless, organisées à son domicile situé à Seattle. Il embauchait des danseuses qui venaient nues et nageaient nues dans la piscine. »

En octobre 2019 Melinda dit avoir contacté des avocats spécialistes du divorce. Bill Gates démissionne du conseil d’administration trois mois après avoir été reconduit et cinq mois après la décision de Melinda. Pour des raisons sans doute liées à son divorce, sinon pourquoi les administrateurs l’auraient-ils reconduit ? 

Les dirigeants de Microsoft tenteraient-ils de détourner l’attention de leur gestion sexiste ? Pourtant, si quelqu’un devait être tenu responsable du harcèlement et des discriminations sexistes chez Microsoft, ce serait Satya Narayana Nadella le PDG depuis 2014. 

Les médias de Bill tenteraient-ils de cacher la forêt Epstein par l’arbre d’une ancienne liaison ? Peu importe. L’essentiel est qu’une fois de plus les médias proposent des diversions bidons quand ils devraient soit se taire, soit informer. 

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !