Cluster ! Panique au village ! la vaccination ne marche pas, que faire ?

Humour, Santé

mise à jour le 23/11/21

La médiathèque de mon village est conforme au règlement préfectoral : les bénévoles qui la tiennent doivent posséder un pass et porter un masque. Le public aussi. Le masque est pour les plus de 11 ans. Non-vaccinés et chiens restent dehors (voir affichette). Tout était parfaitement clair. La surface de la bibliothèque est de 100 m², surface minimale pour les communes de moins de 1 430 habitants. Tout était indiqué sur la porte d’entrée, à commencer par « Pour votre sécurité pas plus de 7 personnes simultanément dans la bibliothèque ». Taux d’incidence, visite d’une autorité, que sais-je… le « 7 » a été rayé au stylo bleu et remplacé par « 4 ».


Comme on n’est jamais trop prudent, le « 4 » a été ensuite remplacé par un « 2 » au feutre rouge. Toutes les précautions étaient prises en fonction de la check-list : gel à disposition et un bon conseil : « Provisoirement vous ne pouvez plus lire ou raconter des histoires sur place ». Le seul habilité à « raconter des histoires » était le préfet.

Bibliothèque entrée
Bibliothèque entrée

Bon, tout allait bien jusqu’au jour où…

Une bénévole, médecin à la retraite, vaccinée et revaccinée, etc. s’est faite tester. Quelle idée ! me direz-vous. Eh bien, c’était son idée à elle. Je n’en aurais pas fait autant, je n’aurais jamais douté de l’efficacité du vaccin, mais elle, si. A partir de là, le ver était dans le fruit. Elle avait pensé aux autres vaccinées de la médiathèque, les six bénévoles, évidemment contaminées (ce n’est pas de l’inclusion, c’est simplement qu’il n’y a que des femmes pour s’occuper de la bibliothèque). Que font les hommes pendant ce temps-là ? Tiens ! demandez-leur donc !
La tante Améli est formelle : un cas positif vacciné ne doit pas être isolé comme un non-vacciné (lui, il lui faut dix jours à partir du test positif). Le vacciné positif doit cependant respecter certaines règles sanitaires pour briser les chaînes de transmission du Covid-19. « Il lui faut informer de son statut les personnes qu’il a croisées 48 heures après avoir rencontré la personne malade à l’origine de la contamination et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux. » Les bénévoles ont donc fermé de la médiathèque. Par prudence.
Sur la porte de la bibliothèque aucune mention du drame n’a été affichée. Juste une phrase sur le site Internet de la mairie, mentionnant : « La médiathèque est exceptionnellement fermée du samedi 20 novembre au samedi 27 novembre 2021 inclus. » Un peu comme des vacances.

Dans ce village tranquille, on finit par se poser des questions

L’individu qui a contaminé la personne vaccinée était-il malade sans le savoir (asymptomatique) ou malade malade ? Les cas contact doivent-ils se faire tester et si leur test est négatif, combien de temps doit se prolonger la fermeture de la bibliothèque ? Doivent-ils se faire vacciner encore et encore ? L’épicerie à côté de la bibliothèque va-t-elle être indemnisée en cas de perte de clientèle ? Le Téléthon et La marche des femmes battues (nouveau !) vont-ils avoir lieu ? Avons-nous eu raison d’écrire « ils » dans cette dernière phrase ? ou devons-nous écrire « iel » (nouveau aussi !) et que dit le Larousse ? et que fait le maire (rien, c’est pas nouveau), vers qui se tourner ? à qui adresser nos doléances ?

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.

partage cet article !