Ukraine : Auchan, Decathlon, Leroy Merlin… ne quitteront pas la Russie malgré l’appel de Zelensky

Économie, Politique

mise à jour le 28/03/22

Malgré l’appel du président d’Ukraine de boycotter la Russie — faisant fi de la catastrophe économique qui mènerait le groupe Auchan à licencier ses 30 000 salariés en Russie — le PDG d’Auchan France, Yves Claude, ne souhaite pas se soumettre à cette injonction. La chaîne de magasins Auchan continuera à travailler sur le sol russe. Bien que Yves Claude ait salué le courage de Zelensky, il a critiqué les propos abusifs du président ukrainien qui estime que les entreprises françaises sur le sol russe participent aux opérations militaires.


« Il est inutile de dresser les gens les uns contre les autres. Le plus important pour nous est de garder nos employés et d’assurer l’accomplissement de notre mission principale, de continuer à nourrir la population des deux pays (NDLR : Russie et Ukraine). Je n’ai jamais eu d’autre objectif. Je suis prêt à accepter l’opinion publique qui n’est pas d’accord avec nous. C’est facile de nous critiquer, mais nous existons, nous sommes ouverts et agissons pour la population civile. »

Le PDG d’Auchan France, Yves Claude, a aussi rappelé ses obligations envers ses employés qu’il ne peut pas jeter à la rue : « Nous cuisinons chaque jour du pain frais pour les Ukrainiens et les Russes dans nos magasins, ce qui est vital en ce moment. En Russie, où la marque est présente depuis 20 ans, nous avons environ 30 000 employés. Nous agissons comme un discounter et nous pensons que nous contribuerons en période de forte inflation pour protéger le pouvoir d’achat des habitants. Si Auchan part, nous mettrons 30 000 personnes au chômage, dont 40 % de salariés et d’actionnaires. »

Geoffroy Roux de Bézieux, patron du Medef, ne passe pas par quatre chemins. Il soutient les entreprises comme TotalEnergies, Auchan, Decathlon, Leroy Merlin… qui ont fait le choix de rester sur le sol russe. « Il y a 160 000 salariés dans l’ensemble des entreprises françaises. Ils n’ont rien demandé, ces gens-là. Ils ont besoin de se nourrir, ils ont besoin d’être payés. Notre responsabilité d’employeur, c’est d’aider nos salariés et les consommateurs russes à se nourrir, qui ne sont pas responsables de cette guerre », précisant que le gouvernement ne leur demande pas de fermer.

Zelensky ne semble considérer que sa propre personne, quitte à ce que des millions de gens dans le monde perdent leur emploi et se retrouvent dans la misère. Il commence à agacer par ses demandes répétés et incessantes de va-t-en-guerre. L’échec des appels guerriers de Zelensky à la Knesset en Israël en est l’exemple.

La situation semble tourner en la faveur des Russes. De l’aveu du vice-président du Conseil de sécurité Dmitri Medvedev, les entreprises qui ont quitté la Russie (McDo, Starbucks…) demandent à ne pas être nationalisées et attendent que le conflit s’apaise. « Ils nous disent tranquillement que, eh bien, nous attendons une issue à la situation, nous espérons un règlement pacifique du conflit lié à l’Ukraine. afin de pouvoir revenir« , a déclaré Medvedev.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !