Rachid Achachi : Le Maroc doit-il rejoindre les BRICS pour accéder à un marché de plus de 3,2 milliards d’habitants ?

Économie, Politique

mise à jour le 03/05/23

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont récemment dépassé le G7 en termes de PIB, suscitant l’intérêt de plusieurs pays souhaitant adhérer au groupement. La question se pose désormais de savoir si le Maroc devrait également envisager de rejoindre les BRICS. Rachid Achachi se penche sur le sujet !

Les BRICS, un groupe composé de cinq pays émergents, ont créé une banque de développement et un fonds commun de réserve de change pour aider les pays membres en cas de chocs économiques. Ces initiatives ont pour objectif de contrepeser les institutions héritées des accords de Bretton Woods, telles que la Banque mondiale et le FMI. Avec 41% de la population mondiale et 31% du PIB mondial, les BRICS sont devenus très attractifs pour les pays émergents ou en développement. Depuis deux ans, une vingtaine de pays ont exprimé leur désir d’intégrer les BRICS, dont l’Argentine, l’Iran et l’Algérie qui ont officiellement déposé des demandes d’adhésion.

Le Maroc pourrait également envisager de rejoindre les BRICS, ce qui lui permettrait d’accéder à un marché de plus de 3,2 milliards d’habitants et d’élargir les accords et partenariats économiques. Le Maroc pourrait également bénéficier de financements pour ses infrastructures grâce à la nouvelle banque de développement. Enfin, en rejoignant les BRICS, le Maroc pourrait accroître son poids et son influence diplomatique. Toutefois, il est important de noter que si le Maroc ne saisit pas cette opportunité, il laissera le champ libre à l’Algérie qui pourrait influencer les BRICS dans une perspective hostile au Maroc.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !