COVID : le vaccin Pfizer efficace à 90% ?

11 novembre 2020 | Santé, Société

COVID : le vaccin Pfizer efficace à 90% ?

« Parce qu’il n’y a jamais eu de vaccin à ARNm homologué auparavant, nous ne savons vraiment pas à quels types de préjudices nous allons être confrontés. » Mary Holland

Pfizer a annoncé lundi que l’analyse préliminaire de ses essais sur le vaccin COVID-19 indique que le vaccin serait efficace à plus de 90 %. La nouvelle a fait grimper les actions en flèche et provoqué une véritable frénésie dans les médias.

Le P-DG de Pfizer, Albert Bourla, a déclaré à CNN que ce vaccin est « la plus grande avancée médicale » des cent dernières années. Il a déclaré à ABC News que le laboratoire « est très confiant quant à la sécurité du vaccin ».

Le New York Times a cependant précisé que les données de Pfizer — présentées dans un communiqué de presse et non dans une revue médicale spécialisée — « ne prouvent pas de manière concluante que le vaccin est sûr et efficace, et le résultat initial de plus de 90 % d’efficacité pourrait changer au fur et à mesure de l’essai ».

Jesse Goodman, professeur de médecine et de maladies infectieuses à l’université de Georgetown, a déclaré au Times : « Nous avons besoin de voir les données réelles, et nous allons avoir besoin de résultats à plus long terme. »

Fast Company a présenté cette nouvelle avancée en rappelant que le vaccin de Pfizer, s’il est approuvé, sera le premier à utiliser « une plate-forme technologique encore non expérimentée qui repose sur ce qu’on appelle l’ARN messager, ou ARNm ».

Moderna travaille également sur un vaccin Covid à ARNm. En mai, Children’s Health Defense a rapporté que les essais cliniques du vaccin de Moderna avaient un « taux d’accidents graves » de 20% dans le groupe ayant reçu la dose forte. Moderna a déclaré cette semaine au New York Times qu’ils attendaient les résultats provisoires de leur étude ce mois-ci.

A propos des dernières annonces de Pfizer sur le vaccin, Mary Holland, vice-présidente et secrétaire générale de Children’s Health Defense, a déclaré :

« La nouvelle technologie vaccinale va probablement entraîner de nouveaux types de préjudices liés aux vaccins. Comme il n’y a jamais eu de vaccin à ARNm homologué auparavant, nous ne savons pas vraiment à quoi ressembleront les éventuelles complications. Les vaccins ont été développés si rapidement, avec des essais cliniques si courts, que les préjudices à long terme sont totalement inconnus. »

Qu’est-ce que la technologie ARNm exactement ? Fast Company la décrit ainsi :

« Comme les autres vaccins, les vaccins à ARNm fonctionnent en entraînant le système immunitaire à reconnaître une menace comme un virus et à produire des anticorps pour se protéger. Cependant, alors que les vaccins traditionnels utilisent souvent des doses inactivées des organismes qui provoquent la maladie, les vaccins à ARNm sont conçus pour que l’organisme produise lui-même ces protéines. L’ARN messager — une molécule qui contient les instructions nécessaires aux cellules pour fabriquer de l’ADN — est injecté dans les cellules. Dans le cas de la Covid-19, les vaccins à ARNm fournissent des instructions pour que les cellules commencent à produire la protéine « de spicule » du nouveau coronavirus, la protéine qui aide le virus à pénétrer dans les cellules. En soi, la protéine de spicule n’est pas nocive. Mais elle déclenche une réaction de défense du système immunitaire. Comme Bill Gates, qui a soutenu des entreprises comme Moderna et BioNTech par l’intermédiaire de la Fondation Gates, l’a décrit, « le corps devient en fait sa propre usine de production ».

Les Pays-Bas et d’autres pays craignent que la combinaison de nouvelles technologies, de procédures de validation accélérées et de panique généralisée, déclenchant des décisions de vaccination obligatoires, conduise à des préjudices de tous types sans précédents.

Pfizer, qui développe son vaccin Covid en partenariat avec le fabricant de médicaments allemand BioNTech, a récemment confirmé que le laboratoire demandera à la Food and Drug Administration une autorisation d’utilisation d’urgence pour son vaccin Covid, une fois que la société aura terminé avec succès les essais cliniques.

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré précédemment que l’immunité à long terme au Covid ne sera possible que si « la grande majorité du public se fait vacciner » et qu’un vaccin ira de pair avec « des efforts continus de santé publique ».

Selon CBS Boston, M. Fauci a déclaré aux experts en octobre que les premiers vaccins Covid ne tueront pas le virus, mais préviendront seulement les symptômes.

Les fabricants de vaccins, déjà exonérés de toute responsabilité en cas de préjudices causés par un vaccin en vertu du National Childhood Vaccine Injury Act de 1986, seront encore mieux protégés contre les préjudices causés par le vaccin Covid. Comme le rapporte Mercola.com, en mars, le registre fédéral a publié une « Déclaration en vertu de la loi sur la préparation et la protection civile pour les contre-mesures médicales contre la Covid-19 » qui met effectivement en place un nouveau « tribunal du vaccin » Covid.

La nouvelle déclaration élargit le champ d’application actuel de préjudices ou de décès liés aux vaccins recommandés aux enfants et aux femmes enceintes, et inclut spécifiquement les préjudices résultant d’un nouveau vaccin Covid.

En attendant, les essais cliniques de Pfizer — qui comprennent des enfants — se poursuivent. Selon Axios, Pfizer et BioNTech affirment avoir recruté « 43 538 participants à ce jour, parmi lesquels 38 955 ont reçu une seconde dose du candidat-vaccin à compter du 8 novembre 2020 ».

Pfizer et BioNTech n’ont pas reçu de fonds pour la recherche et le développement de leur vaccin Covid dans le cadre du programme Operation Warp Speed du gouvernement fédéral. Le programme a cependant promis à Pfizer 1,95 milliard de dollars pour la livraison de 100 millions de doses de vaccins au gouvernement fédéral, qui seront distribuées gratuitement aux Américains, a rapporté le New York Times.

Selon le Wall Street Journal, en octobre, Pfizer a mis en place une infrastructure à Kalamazoo, dans le Michigan, sur « un site de la taille d’un terrain de football » en vue de délivrer « 100 millions de doses cette année et 1,3 milliard de doses supplémentaires en 2021 ».

– Source : Children’s Health Defense Team
– Une traduction du « Média en 4-4-2 »