Fraude électorale : Zuckerberg poursuivi pour 500 millions de dollars

Politique

mise à jour le 21/12/20

Mark Zuckerberg poursuivi pour 500 millions de dollars à la fraude électorale de 2020

Les avocats affirment que les 500 millions de dollars de M. Zuckerberg pour influencer les élections ont évité les limites de contribution aux campagnes électorales en utilisant des organisations caritatives.

Mark Serrano, président de ProActive Communications, a annoncé mercredi qu’un nouveau procès allait être intenté par les avocats du projet Amistad de la société Thomas More contre le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, à propos des 500 millions de dollars d’« argent noir » qu’il a dépensés pour faciliter la fraude électorale dans les États clés. M. Serrano a déclaré que la poursuite sera déposée dans les prochaines 24 heures devant la Cour du district de Columbia qui couvre le Wisconsin, la Pennsylvanie, le Michigan, l’Arizona et la Georgie.

Dans une interview de Steve Bannon sur The War Room, Serrano a déclaré que leur rapport au cœur du procès montre que Zuckerberg a contribué avec un total de 500 millions de dollars à un réseau d’organisations à but non lucratif et « caritatives » dans les différents États cités.

Serrano a déclaré que les millions de Zuckerberg ont financé l’écosystème qui a permis une fraude aussi massive.

Phill Kline, directeur du projet Amistad, a expliqué de façon très détaillée lors d’une conférence de presse comment les fonds de Zuckerberg ont garanti que l’Amérique ne serait pas autorisée à entrer dans les salles de dépouillement des votes, alors que Zuckerberg, l’oligarque bailleur de fonds, l’a été. Il a déclaré que les 500 millions de dollars de Zuckerberg ont transité par des organisations caritatives, et ont payé les juges électoraux, les bureaux de vote annexes, les machines, et ont imposé les politiques qui ont miné les lois de l’État.

Serrano a déclaré que l’affaire se divise en trois : « Tout d’abord, le financement par l’argent noir. Ensuite le changement et la modification de la loi électorale par les gouverneurs et les secrétaires d’État, qui ont conduit au jour des élections, puis les fraudes que nous avons vues le jour des élections et après, dans la gestion des élections et même dans le décompte des bulletins de vote, où un milliardaire, Mark Zuckerberg, a été autorisé à entrer dans la salle de dépouillement parce qu’il l’avait financée. »

Au cours de sa conférence de presse, M. Kline a rappelé que c’est au gouvernement de gérer les élections, et de le faire sans peser sur la balance. « Nous n’organisons pas d’élections ni pour faire des affaires, ni pour vous faire élire par Coca-Cola », a déclaré Kline. « Avec de la transparence, nous pouvons découvrir les fraudes. »

Kline et Serrano ont tous deux déclaré que sur les 500 millions de dollars de Zuckerberg, 350 millions sont passés par le Centre pour la technologie et la vie civique. « Il a payé des juges électoraux, acheté des boîtes de dét, ce qui est contraire aux lois de l’État », a déclaré Kline. « Zuckerberg a ordonné la consolidation des installations de comptage. L’argent de Zuckerberg a servi à payer les fonctionnaires locaux qui ont barricadé les fenêtres des salles de comptage. L’argent de Zuckerberg a acheté des machines — Dominion et autres — et le financement de Zuckerberg a été versé aux secrétaires d’État ».

Selon Kline, « il ne fait aucun doute qu’il y a des faits, qui ont eu un impact sur cette élection et ont incité les gens à violer les lois électorales. Ces faits ont été démontrés et prouvés ».

Kline s’est montré particulièrement critique envers les médias, qui, selon lui, ont fait un récit mensonger tout au long de ce processus. Il a souligné qu’il avait reçu un appel d’un journaliste du Wall Street Journal qui a déclaré que remettre en question le processus saperait la démocratie.

Katy Grimes, rédactrice en chef du California Globe, est une journaliste d’investigation de longue date qui couvre le Capitole de l’État de Californie, et co-auteur de « La guerre de la Californie contre Donald Trump : Qui gagne ? Qui perd ? »

– Source : Lawsuit Against Mark Zuckerberg over $500M ‘Dark Money’ Contribution Enabling 2020 Election Fraud
– Auteur : Katy Grimes, rédactrice en chef du California Globe, est une journaliste d’investigation de longue date qui couvre le Capitole de l’État de Californie, et co-auteur de « La guerre de la Californie contre Donald Trump : Qui gagne ? Qui perd ? »
– Une traduction du « Média en 4-4-2 »

partage cet article !