Macron, Blanquer, Schiappa, Darmanin, Véran… sont contre le voile, l’islam et le prophète !

Politique

mise à jour le 16/04/22

Comment Macron et son parti politique LREM sont-ils redevenus proches des musulmans du jour au lendemain ? On s’est dit qu’il fallait rappeler à ces rabatteurs du dimanche, toutes les casseroles qu’ils trimballent, afin que les musulmans n’oublient pas les propos du président et de ses sous-fifres. Nous allons rafraîchir la mémoire des français qui pensent que Macron c’est mieux que Marine Le Pen.


Lors du grand entretien accordé le dimanche 15 avril 2018 avec le tandem médiatique Edwy Plenel (Médiapart) et Jean-Jacques Bourdin (BFMTV), le président Emmanuel Macron avait tenu des propos surréalistes concernant l’Islam de France et le voile, en totale opposition à ce qu’il dit aujourd’hui en ces temps de présidentielles.

En mai 2021, La République en marche (LREM) avait décidé de retirer son investiture à Sara Zemmahi, candidate remplaçante aux élections départementales sur le canton de Montpellier-1. Elle apparaissait voilée sur une affiche de campagne. Le député LREM, Stanislas Guérini, avait alors twitté : « Les valeurs portées par LREM ne sont pas compatibles avec le port ostentatoire de signes religieux sur un document de campagne électorale. Soit ces candidats changent leur photo, soit LREM leur retirera leur soutien. » La direction du parti du président Macron décidera de retirer l’investiture de la jeune femme française musulmane.

Le président de LREM, Christophe Castaner, expliquait en octobre 2019 comment on identifiait et évaluait les signes d’une radicalisation. Celui qui fréquentait avec le grand banditisme à Marseille — dont Christian Oraison, abattu en 2008 — expliquait le plus simplement du monde à l’Assemblée que les musulmans pratiquants étaient de potentiels terroristes. Dans les signes de radicalisation, le mafieux pointait du doigt le port de la barbe et la pratique de la prière rituelle particulièrement en matière de Ramadan. Des signes qui valaient un signalement. Parole de gangster !

Marlène Schiappa, ministre déléguée chez LREM, s’attaquait en mai 2018 à une jeune femme de l’UNEF, destinée à devenir présidente de l’UNEF à la Sorbonne. Problème pour le clan du président Macron, elle est voilée. Sur France-info, Schiappa déclarera que le fait de nommer une femme voilée à la tête de l’UNEF est « une forme de promotion de l’islam politique. Le voile, c’est la preuve de l’emprise de la religion. » Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, en février 2022, la ministre déléguée LERM dira sur BFMTV « Je suis contre les signes religieux dans le sport. » C’est à cette occasion, sur Europe 1, que Jean-Michel Blanquer dénonçait « l’islamo-gauchisme » dans les universités.

En parlant du loup… Jean-Michel Blanquer,  ministre de l’Éducation nationale (LREM) — qui souhaitait « évincer » les élèves non vaccinés en cas de Covid-19, on ne l’oublie pas —  était très remonté contre une mère accompagnatrice qui portait le voile, alors que rien ne l’interdit : « Le voile n’est pas souhaitable dans notre société. Ce n’est pas conforme à nos valeurs. » Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, ira jusqu’à demander une enquête au CNRS — rien que ça —  sur un prétendu « islamo-gauchisme qui gangrène la société dans son ensemble et l’université n’est pas imperméable ».

C’est au tour de l’illustre Gérald Darmanin d’apporter sa pierre à l’édifice LREM. Le ministre de l’Intérieur, accusé de viol et harcèlement contre Sophie Patterson-Spatz — on ne s’étalera pas sur les SMS pour obtenir des faveurs sexuelles (voir ici) —, avait trouvé que Marine Le Pen était trop tendre avec l’islam et les musulmans. « Il faut reprendre des vitamines, je ne vous trouve pas assez dur. Vous dites même que l’islam n’est pas un problème », ce qui veut dire, pour le ministre de l’Intérieur ,que l’islam est un problème et qu’il faut être plus dur. La réponse de la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen vient relever le niveau : « Je n’entends pas m’attaquer à l’islam, c’est une religion comme une autre et je souhaite conserver la liberté totale d’organisation et de culte. »

Jeudi 17 septembre, la députée LREM Anne-Christine Lang a quitté la commission parlementaire chargée de « mesurer et de prévenir les effets de la crise du Covid-19 sur les enfants et la jeunesse » pour protester contre la présence d’une syndicaliste voilée, Mariam Pougetoux, représentante du syndicat de gauche UNEF, l’Union nationale des étudiants de France, présente pour être auditionnée.

Notre ministre de la Santé Olivier Véran a confié en avril 2021 à l’urgentiste de plateau Patrick Pelloux une mission qui vise à prévenir et à lutter contre les faits de radicalisation au sein des établissements de santé. Le rapport a été remis le 2 mars 2022. L’urgence n’étant ni la réouverture des lits, ni la réintégration du personnel suspendu, on peut supposer que, après les non-vaccinés, ce sera au tour des musulmans d’être suspendus.

Rapport sur la prévention et la lutte contre la radicalisation des agents exerçant au sein des établissements de santé.

La liste est encore longue avec Zineb El Rhazoui, Jean-Baptiste Moreau, Stanislas Guérini… Depuis les présidentielles, Macron arbore un visage d’ouverture, de sympathie et tente de faire oublier ses propos contre l’Islam et ceux de son groupe LREM contre les musulmans. Il était de notre devoir de signaler cette mascarade.

Le Média en 4-4-2

partage cet article !