Les États-Unis avouent : leurs laboratoires en Ukraine travaillaient sur des armes biologiques

Politique, Santé

mise à jour le 13/03/22

Des dénégations qui valent des aveux :
Filippa Lentzos, chercheuse en armes biologiques et enseignante au King’s College de Londres, qui a aussi été consultante pour l’ONU et l’Organisation mondiale de la santé : « Toutes les indications fournies par des chercheurs indépendants et des responsables officiels confirment que les États-Unis soutiennent la désactivation des agents biologiques, et que le travail dans les laboratoires [en Ukraine] vise à prévenir les épidémies. »

L’ambassade américaine en Ukraine en rajoute une couche : « Nos efforts conjoints permettent de s’assurer que les agents pathogènes dangereux ne tombent pas entre de mauvaises mains. Nous sommes fiers de travailler en partenariat avec le ministère de la Santé, le service d’État ukrainien chargé de la sécurité alimentaire et de la protection des consommateurs, l’Académie nationale des sciences agraires et le ministère de la Défense afin de renforcer notre sécurité à tous. »

La Sous-Secrétaire d’État aux Affaires Politiques, Victoria Nuland, vient de déclarer : « L’Ukraine dispose d’installations de recherche biologique dont nous craignons que les troupes et les forces russes ne cherchent à prendre le contrôle. Nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher que ces matériels de recherche ne tombent entre les mains des forces russes si elles s’en approchent. »

Pourquoi tout détruire s’il s’agit d’étudier des bactéries anodines, ou des maladies comme la diphtérie pour lesquelles il y a un vaccin ? Pourquoi avoir si peur que la Russie mette la main sur ces laboratoires, si ce n’est parce qu’il y a des choses à cacher sur ce qu’ils faisaient réellement ?

Xavier Moreau réagit aux démantèlement, par les russes, des laboratoires bactériologiques, financés et formés par Washington en Ukraine :

L’ambassade américaine a oublié que Internet n’oublie rien

A quoi bon effacer la liste des laboratoires en Ukraine financés de A à Z par le Pentagone ? Archives — tout le monde le sait sauf l’ambassade américain — conserve les différentes versions des sites avant tout effacement. La Russie a mis la main dessus (mais cela fait des années qu’elle connaît la liste). On vous traduit une de ces fiches. Elle concerne le laboratoire de Dniepropetrovsk (photo) :

Donateur – le Département de la Défense des Etats-Unis
Bénéficiaire/Agent exécutif – Ministère de la Santé d’Ukraine, Centre de laboratoire de l’Oblast de Dnipropetrovsk (anciennement SES de l’Oblast de Dnipropetrovsk) Adresse : 26, Smidta /39/A, Filisofs’ka Str., Dnipropetrovsk (voir photo Googlemaps)
Permis d’EDPs – Le permis de travailler avec des pathogènes a été délivré par la Commission du Régime du Ministère de la Santé le 15 février 2012.
Investissement du gouvernement américain – Coût total du laboratoire : 1 935 557 USD$ (1 531 479 USD$ pour la conception et la construction ; 404 077 USD$ pour la gestion de l’eau).

Dnipropetrovsk
Laboratoire de Dnipropetrovsk

Le contrat de fourniture de gaz à la Chine a été signé par la Russie le 21 mai 2014, trois mois après le coup d’État de Maiden (du 118 au 24 février 2014). Inutile de dire que l’invasion de l’Ukraine par les armes bactériologiques ou non de l’Otan, pas plus que les sanctions occidentales, ne sont une surprise pour la Russie. De plus, petit à petit, les Russes diffusent ce qu’ils savent du plan des États-Unis. Prochain épisode : une nouvelle attaque du Donbass à visée de nettoyage ethnique.

Le Média en 4-4-2.

partage cet article !