Conflits

La France équipe des drones armés israéliens soupçonnés de bombarder des civils à Gaza

Depuis le début de l'offensive contre le Hamas en octobre 2023, l'armée israélienne a déployé sa flotte de drones, notamment le Hermes 900, pour surveiller et frapper le territoire gazaoui. Au moins huit frappes meurtrières perpétrées par des drones israéliens contre la population ou des infrastructures civiles à Gaza ont été recensées par Disclose.

mise à jour le 23/06/24

La France a autorisé la livraison d’équipements électroniques pour des drones armés israéliens soupçonnés de bombarder des civils à Gaza.

Le groupe Thales, détenu à 26 % par l’État français, a récemment livré des équipements électroniques pour l’assemblage de ces drones armés, comme le révèlent des documents confidentiels obtenus par Disclose. Il s’agit de transpondeurs de type « TSC 4000 IFF », permettant aux drones d’éviter tout risque de collision ou de tirs entre aéronefs « amis ».

Au moins huit de ces transpondeurs devaient être expédiés en Israël entre décembre 2023 et fin mai 2024, soit plusieurs mois après les premiers bombardements aériens de Tsahal. Deux d’entre eux ont été livrés au début de l’année 2024. Les six autres unités seraient bloquées par les douanes françaises.

Cette livraison démontre une fois de plus l’absence de transparence et de contrôle en matière de ventes d’armes. Le ministère des armées se prétend irréprochable depuis le déclenchement de l’offensive israélienne, mais les documents révélés par Disclose contredisent cette affirmation.

Les transpondeurs de Thales ne doivent être « ni vendus, ni donnés, ni loués, ni transformés sans l’accord préalable du gouvernement français », indique le contrat de non-réexportation établi par la direction générale des relations internationales (DGRIS) du ministère des armées. Ils doivent être « intégrés » dans les produits manufacturés par l’industriel israélien.

Le gouvernement français ne peut pas prétendre que ces équipements puissent servir comme « composants du dôme de fer », car le contrat secret entre la France et Israël concerne spécifiquement les drones Hermes 900. Cette révélation soulève des questions quant à la responsabilité de la France dans le génocide en cours à Gaza.

Lire l’article sur le site de Disclose.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Pas encore de commentaire sur "La France équipe des drones armés israéliens soupçonnés de bombarder des civils à Gaza"

Laisser un commentaire

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Conflits

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous