Inde : le chaos sanitaire masque un chaos social

30 avril 2021 | Politique, Société

Inde police contre agriculteurs

C’est le chaos en Inde… selon les médias et les gouvernements occidentaux.

« Covid-19 en Inde : plus de 3 600 morts en 4 heures », « Washington envoie de l’aide. Crémation de masse à ciel ouvert. Record de morts en 24 heures ». Photos de bûchers, de brancards chargés de sacs mortuaires, ces gens-là on besoin de notre « aide » !

Un chaos en cache un autre

Pendant que le Covid tient les médias en alerte, personne, ou presque, en Occident ne parle des réformes libérales du gouvernement Modi. Elle consistent à laisser les grandes sociétés agro-alimentaires imposer leurs tarifs aux agriculteurs. Or l’agriculture fait vivre 600 millions de personnes en Inde.

Le 8 janvier ils étaient 250 millions d’agriculteurs en grève. La réforme a été suspendue. Personne ne croit à sa suppression. Le siège de New-Delhi par des dizaines de milliers d’agriculteurs continue depuis novembre. Répression policière, censure d’Internet, le chaos social est à son comble. 

Quoi de mieux qu’une pandémie rehaussée par-ci par-là par l’explosion de bonbonnes d’oxygène dans les hôpitaux pour faire passer ce chaos pour une catastrophe purement sanitaire ? Les pays occidentaux et leurs médias sont ravis de pouvoir aider à cette propagande tout en se débarrassant de produits dangereux ou inutiles sous des prétextes caritatifs.

L’Inde est la poubelle de Big Pharma et ses habitants des cobayes

Les États-Unis donnent l’AstraZeneca dont ils ne veulent pas. Le 24 mars 2021, l’Institution national des maladies infectieuses et des allergies (NIAD), qui supervise les essais cliniques des vaccins, a remis en doute l’efficacité du sérum. ll n’a d’ailleurs toujours pas d’autorisation d’urgence aux États-Unis.

Le remdesivir (Veklery®), dangereux et coûteux, trouve un débouché en Inde. Gilead va envoyer 450 000 flacons et l’Union européenne 9 000 flacons (depuis la Belgique). Le 20 novembre 2020, l’OMS affirme, sur la base de plusieurs études, que le remdesivir « n’est pas conseillé pour les patients hospitalisés pour le Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n’y a actuellement pas de preuve qu’il améliore la survie ni qu’il permette d’éviter d’être placé sous ventilation artificielle ». Le Pr Didier Raoult décrit le Remdésivir comme contribuant à l’apparition de mutants. La philanthropie est dangereuse dans le cas du Remdésivir. Occuper les hôpitaux à perfuser pendant 30 mn à deux heures le remdésivir avec tous les risques de septicémie, est-ce envisageable en Inde ?

Sans avoir fini les essais de phase II/III, Merck lance la production de molnupiravir en Inde. Les essais ont commencé en octobre 2020 un essai de phase II/III sur des patients hospitalisés. Cet essai doit se poursuivre jusqu’à fin 2021.

Question tabou

La diffusion des vaccins enInde a-t-elle facilité émergence de nouveaux variants ? Le remdésivir va-t-il en augmenter le nombre ? Et surtout, quel est le but de la manœuvre ?

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.