Entretien avec l’EFF, une ONG qui se bat pour la protection des libertés sur Internet

Armurerie numérique, Science et technologie

mise à jour le 01/07/21

Cette année, nous fêtons le 30e anniversaire de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), une ONG internationale de protection des libertés sur Internet, basée à San Francisco.
Pour cette occasion, nous nous sommes entretenus avec Cindy Cohn, son directeur général.

La rédaction : quelle est pour vous, la principale action dans laquelle l’EFF s’est impliquée ?

Cindy Cohn : mes débuts à l’EFF ont eu lieu au cours des « guerres de la cryptographie » (Crypto Wars). En 1993, alors que j’étais encore avocat dans un cabinet, j’ai mené une action en justice contre le gouvernement américain pour permettre la publication d’un document de recherche explicatif, au sujet d’un logiciel de chiffrement, car les autorités empêchaient la publication libre et publique du code source. A l’époque, le tribunal a estimé que le langage de programmation est de la parole et donc protégé par le premier amendement de la Constitution américaine. Ce procès s’appelait Bernstein v. DOJ.

La rédaction : vous êtes le directeur général de l’Electronic Frontier Foundation. Comment en êtes-vous arrivé là, et quelles sont vos missions principales ?

Cindy Cohn : j’ai rejoint l’EFF en 2000 en tant qu’avocat principal, après avoir travaillé avec l’organisation depuis 1993 environ sur l’affaire Bernstein. J’ai été directeur juridique pendant quinze ans, puis directeur exécutif depuis 2015. Ma tâche principale est vraiment d’aider à piloter le navire. Je m’assure que nous embauchons de très bonnes personnes et leur fournissons un environnement favorable, afin qu’elles puissent faire de leur mieux. J’aide également à la collecte de fonds et fais partie d’un formidable groupe d’avocats, de technologues et de militants.

La rédaction : comment l’EFF a-t-elle été créée ?

Cindy Cohn : l’EFF a été fondée en 1990 par trois premiers utilisateurs d’Internet : Mitch Kapor, le fondateur de Lotus Notes, John Perry Barlow, philosophe et également parolier de The Grateful Dead, et le technologue John Gilmore. Ils ont lancé l’EFF à la suite d’une série de raids gouvernementaux et d’arrestations de personnes utilisant Internet, qui ont démontré que le gouvernement n’avait aucune idée de la façon dont ces nouvelles technologies étaient utilisées. EFF a été fondée pour s’assurer qu’il y avait une voix forte de la société civile pour défendre les utilisateurs et les créateurs en ligne.

La rédaction : vous avez une longue expérience avec l’EFF sur le pistage des utilisateurs et la surveillance de masse. Quelle est la principale façon dont les données des utilisateurs sont collectées de nos jours ?

Cindy Cohn : malheureusement, ces données sont collectées de façons tellement différentes, qu’il n’y a pas vraiment UNE « méthode » principale. À moins que vous ne preniez des précautions, et parfois même si vous le faites, presque tout ce que vous faites sur le web est susceptible d’être suivi, collecté et analysé par des entreprises, puis souvent vendu entre elles, ainsi que des déductions sur vous qui sont tirées de ces informations. C’est fait principalement afin de placer des publicités et comprend des éléments tels que le montant que vous pourriez être en mesure de payer, ainsi que ce que vous pourriez être prêt à acheter. Mais une grande partie de votre activité en ligne est également à la disposition des gouvernements, que ce soit par le biais d’une surveillance de masse directe (aux États-Unis, avec l’aide des principaux opérateurs de télécommunications tels que Verizon et AT&T) ou par l’intermédiaire des entreprises comme Facebook et Google qui vous suivent en ligne. Avec l’internet des objets, tout, de votre téléviseur à votre réfrigérateur et, bien sûr, de plus en plus votre voiture, vous suit également.

Heureusement, il existe de plus en plus de possibilités d’éviter au moins une partie de ce suivi avec des outils qui protègent votre vie privée. L’EFF ne recommande aucun outil, mais les gens peuvent rechercher des bloqueurs de traceurs pour la navigation sur Internet (l’EFF en propose un appelé Privacy Badger pour Firefox et Chrome), des moteurs de recherche respectueux de la vie privée comme DuckDuckGo, des messageries comme Signal, et des services comme Tor pour masquer où vous allez en ligne. Pour presque tous les outils et services qui vous pistent, il existe une alternative et d’autres sont en cours de développement.

La rédaction : bon nombre de personnes ne semblent pas prêter attention à la collecte de nos données, ou disent « c’est comme ça, je n’y peux rien ». Que répondez-vous ?

Cindy Cohn : je les exhorte à ne pas abandonner et à se lever. En tant que société, nous avons résolu des problèmes bien plus difficiles. Et si nous sommes suffisamment nombreux à dire à nos représentants élus d’adopter des lois strictes sur la protection de la vie privée et que nous sommes suffisamment nombreux à choisir d’autres alternatives, nous pouvons y arriver. Apple vient de donner aux utilisateurs le choix d’être suivis via des applications sur l’iPhone et la grande majorité des utilisateurs ont choisi de ne pas être suivis. Apple a fait cela parce qu’ils croyaient que si vous donniez aux gens un choix équitable, ils choisiraient la confidentialité et ils avaient raison. Espérons que cela encouragera d’autres entreprises à faire de même, mais nous avons également besoin de meilleures lois sur la protection de la vie privée.

La rédaction : quelle est la position de l’EFF sur la technologie de la blockchain et des crypto-monnaies ?

Cindy Cohn : l’EFF soutient la confidentialité financière et soutient également les outils qui permettent de s’assurer que les personnes et les causes ne peuvent pas être sommairement privées de soutien par les décisions de quelques entreprises. Cela fait partie de la vie privée et aussi de la liberté d’expression. Nous sommes également très favorables à la re-décentralisation d’Internet et de nombreuses idées/projets liés à la blockchain, y compris celles qui vont au-delà des crypto-monnaies.

La rédac : avez-vous des conseils pour un navigateur Internet, une messagerie et un fournisseur de messagerie orientés sur le respect des données personnelles ?

Cindy Cohn : l’EFF ne conseille pas d’outils ou de services en général, car pour beaucoup de ces services, cela dépend vraiment de ce que vous voulez obtenir en matière de confidentialité (c’est-à-dire quel est votre modèle de menace), certains étant meilleurs pour un objectif et d’autres pour un autre. Il existe également de nombreuses façons d’évaluer la « vie privée » qui peuvent conduire à des conclusions différentes. Il n’y a pas de « modèle unique » et le monde sera en fait meilleur s’il existe de nombreuses options favorables à la vie privée.

L’EFF dispose d’outils tels que « Surveillance self-defense » qui peuvent vous aider à prendre la meilleure décision pour vous-même.

Propos receuillis par Thierry pour Le Média en 4-4-2.

Pour aller plus loin…

Armurerie numérique
– Loi renseignement : la surveillance de masse en roue libre
– Le chiffrement contre la surveillance de masse globale
– Autodéfense contre la surveillance : astuces, outils et guides pratiques pour des communications en ligne plus sécurisées
Electronic Frontier Foundation
La Quadrature du Net
– Documentaires «Rien à cacher» et «Tous surveillés – 7 milliards de suspects»

partage cet article !