Comment les enfants vivent le masque à l’école ? 94,67 % ont l’impression de moins bien respirer !

Santé

mise à jour le 20/02/21

Enfant avec un masque

Comment les enfants vivent-ils le masque à l’école ? Pas très bien, semble-t-il. L’Université de Witten-Herdecke, en Allemagne, vient de publier les résultats d’une étude statistique de grande envergure qui recense les effets adverses du port du masque prolongé chez les enfants. La première au monde à porter sur un panel et un spectre de symptômes aussi larges. Les résultats invitent à une sérieuse remise en question des choix sanitaires à l’école. Les signaux d’alerte venant d’autres pays vont dans le même sens.

L’équipe d’universitaires a mis en ligne un registre sur lequel parents (87,7 %), médecins (1,7 %), enseignants (3,6 %) et autres acteurs de santé ou de l’enfance (6,9 %) pouvaient entrer leurs observations. Les données recueillies portent au total sur 25 930 enfants et adolescents jusqu’à 18 ans. Il ressort que 68 % des participants ont signalé des difficultés liées au port du masque. Sur cette fraction, les difficultés concernent principalement l’irritabilité (60 %), les maux de tête (53 %), les difficultés de concentration (50 %), une diminution du bonheur (49 %), une réticence à aller à l’école (44 %), des malaises (42 %), des difficultés d’apprentissage (38 %), une somnolence ou de la fatigue (37%).

En dehors des réponses proposées dans le questionnaire, une zone de texte libre était offerte et d’autres plaintes y ont été décrites. En particulier : l’aggravation des maladies de peau préexistantes (269 entrées), des affections fongiques à l’intérieur et autour de la bouche, des lèvres fissurées, parfois sanglantes. Sont également souvent rapportés les saignements de nez, l’augmentation des migraines en fréquence et en intensité. Enfin, symptôme peu connu et pourtant rapporté 23 fois, une vision altérée. Difficile de s’imaginer apprendre dans ces conditions. Pour les responsables de l’étude, les maux de tête et les difficultés de concentration devraient être pris très au sérieux, étant donné leur importance pour le développement cognitif.

En France aussi

Une petite étude d’impact, réalisée à l’initiative du cabinet Sand Avocats sur un panel de 470 enfants et adolescents, montrait déjà en décembre des résultats similaires.

  • 85.87 % considèrent que leur vie a changé depuis mars 2020
  • 61.88 % considèrent que le plus difficile pour eux est de porter le masque toute la journée et 88,68 % trouvent que ce n’est pas normal d’avoir à porter le masque à l’école
  • 65.73 % se disent moins concentrés en classe
  • 94.67 % ont l’impression de moins bien respirer
  • 89,52 % tentent de trouver un moment dans la journée pour retirer leur masque et pouvoir respirer normalement
  • 64,79 % se considèrent plus angoissés depuis qu’ils portent le masque

Lire la suite…

partage cet article !