Avec l’indexation des salaires, vous devriez gagner deux fois plus d’argent !

Économie

mise à jour le 24/10/21

Depuis les années 80 les babyboomers ont vu leur pouvoir d'achat baisser parallèlement à l'augmentation du nombre et de la fortune des milliardaires. Si vous êtes nés après cette génération, voir le coût de la vie augmenter, mais pas les salaires, cela peut vous sembler normal. Cela n'a pourtant pas toujours été comme ça. NeoKosmo vous explique l'étendue de l'arnaque.

Calculons l’augmentation du coût de la vie…

On prend un exemple avec deux articles. Disons que le 1er janvier 2020 le pain vaut 10 € le kg (prix au hasard, rien à voir avec la réalité) et le comté 15 € le kilo (soit un panier de 25 €). Le 1er janvier 2021 le pain a augmenté, il est à 12 € / kg et le comté à 16 €/kg (soit un panier de 28€). Pour calculer l’augmentation du coût de la vie, on prend le panier de 2021, on le divise par le panier de 2020 et on multiplie par un indice de référence, par exemple 100. On obtient l’indice des prix à la consommation (IPC) : En faisant cette opération 28/25 x 100, on obtient un résultat qui est l’indice du coût de la vie : 112. Si au 1er janvier 2033 le pain et le comté augmentent de 1€, le pain vaut 13 €/kg et le comté 17 €/kg. Le panier est à 30 €. Panier de 2022 /panier 2021 x 100 = 30/28 x 100 = 107. Comme l’indice de référence est 100, si l’IPC est au-dessus, c’est que le coût de la vie a augmenté. S’il est en dessous, c’est que le coût de la vie a diminué.

Mitterrand, bienfaiteur des milliardaires

L’IPC est calculé tous les mois par l’Insee et prend en compte beaucoup de produits (viande, essence, tabac, logement, etc). Quel est l’intérêt de calculer l’IPC ? Avant 1983, tous les salaires (dans le privé comme dans le public) étaient indexés sur l’indice des prix à la consommation. On n’était pas plus riche en cas d’inflation, mais on n’était pas plus pauvre. Cette mesure a été mise en place en juillet 1952 par le gouvernement de la IVe République Antoine Pinay sous la présidence de Vincent Auriol, SFIO). A présent le président vient de chez Rothschild… et il n’y a plus d’indexation des salaires. Reprenons. Ça marche bien jusqu’à l’arrivée de François Mitterrand en 1981. En 1983 arrive le tournant de la rigueur : suppression de l’indexation des salaires sur le coût de la vie et lancement de la « Campagne de désinflation compétitive ». Toujours se méfier des mots ronflants. En principe être compétitif, c’est dépenser moins d’argent au départ pour en gagner plus à l’arrivée… théoriquement. En fait il s’agit de cadenasser les petits salaires. Plus les salaires en bas de la pyramides sont faibles, plus les profits en haut de la pyramide sont élevés. A partir de 1983, les salaires sont restés fixes alors que les biens de consommation augmentaient. Le coût de la vie a augmenté. Les dirigeants des petites et moyennes entreprises n’ont pas grand-chose à gagner en réduisant les salaires, mais quand il y a beaucoup de salariés… On comprend pourquoi les délocalisations des grosses entreprises dans des pays à bas salaires. Et surtout pourquoi l’indexation des salaires sur le coût de la vie a été supprimée pour le plus grand profit des grandes entreprises et de leurs actionnaires.

Le coût de la vie a doublé depuis 1983

En 1983 l’indice était à 1273. En 2021 il est à 2645. Entre 1983 et 2021, le coût de la vie a augmenté de 107,7 %. Il a plus que doublé. Donc 50 F de 1983 correspondent à 17 € de 2021.

L’indexation des salaires existe encore, oui mais à l’étranger

En Belgique, l’indexation est toujours en vigueur. Mais l’index qui sert à calculer l’effet sur les salaires a été érodé en 1993 en ne tenant plus compte des prix de l’essence, du tabac, et de l’alcool (sous des prétextes de santé).
Au Luxembourg, l’indexation des salaires existe encore, même si son calcul n’est pas parfait et le smic est à 2 642 € brut.
Nous devrions être payés deux fois plus.

Si en 1981 on gagnait 1500€/mois on devrait aujourd’hui être payés 3115€ net/mois. Où est passé l’argent ? Dans la poche des toujours plus nombreux milliardaires.

Il faut donc revenir à l’indexation ! Même la ministre du Travail est d’accord sur notre raisonnement. En France il y a des mini augmentations du smic, mais sans rattrapage par rapport au coût de la vie. Cela nous a valu cette magnifique déclaration de la ministre du travail Muriel Pénicaud (« ex » Dassault, Danone, ADP, Orange, etc.) : « De novembre 2017 à novembre 2018, c’est 35 euros de plus par mois » mais cette une hausse du smic n’est « pas perçue » à cause de l’inflation !

partage cet article !