Robots-tueurs : un drone a pris en chasse un humain de manière autonome

Politique

mise à jour le 02/06/21

Drone

Un rapport des Nations unies évoque l’attaque de combattants dissidents libyens par un drone, de façon totalement autonome.

Une situation qui résume à elle seule les enjeux autour des robots-tueurs. En mars 2020, un drone utilisé par le gouvernement d’union nationale libyen a visé des soldats du maréchal Haftar, chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne, lors de combats entre les deux parties, détaille un rapport des Nations unies consulté par le magazine britannique New Scientist.

L’attaque perpétrée par l’aéronef s’est faite de façon totalement autonome, sans être mise en œuvre par un opérateur à distance. Il s’agit du premier cas documenté de ce type.

Un drone armé a « pris en chasse une cible humaine » alors en train de battre en retraite, sans la moindre communication électronique avec les forces libyennes, assure le rapport. Le document ne précise pas si le combattant visé par la machine a été blessé ou tué.

« Trouve, tire et oublie »

« Les systèmes d’armement létaux autonomes étaient programmés pour attaquer des cibles sans nécessiter de connexion avec l’opérateur », explique le rapport, évoquant une fonction de « trouve, tire et oublie ». Une référence aux missiles « tire et oublie », autonomes après avoir été tirés — par exemple — d’un avion.

L’attaque a été perpétrée par un drone kamikaze baptisé Kargu, produit par l’entreprise turque STM et destiné à la lutte antiterroriste selon son fabricant.

Lire l’article…

partage cet article !