Médias

Passeport confisqué pour avoir dénoncé la guerre en Ukraine : l’histoire incroyable de Scott Ritter

Dans un contexte de censure croissante des voix dissidentes, le Département d'État américain a franchi une nouvelle étape en confisquant le passeport de Scott Ritter, un ancien inspecteur en désarmement de l'ONU et contributeur de RT. Cette saisie arbitraire, qui a eu lieu alors que Ritter se préparait à embarquer pour la Russie, soulève des questions sur le respect des libertés fondamentales aux États-Unis et sur les tactiques employées pour réduire au silence ceux qui remettent en question le discours officiel sur la guerre en Ukraine.

mise à jour le 09/06/24

Le Département d’État américain confisque le passeport de Scott Ritter, critique virulent de la politique étrangère américaine, soulevant des inquiétudes quant à la liberté d’expression.

Censure de toutes les voix dissidentes, opposées au discours de l’Otan et des Etats-Unis, et qui clament la vérité sur la guerre menée par les Etats-Unis contre la Russie, au moyen du proxy Ukrainien, et de la chair à canon des soldats ukrainiens lancés contre la Russie.

Censure 2.0, cette fois-ci totale: le Département d’Etat américain a arbitrairement saisi et confisqué le passeport de Scott Ritter, l’empêchant de quitter les Etats-Unis …

Le département d’État américain a saisi le passeport de l’ancien Marine et inspecteur en désarmement de l’ONU Scott Ritter, a-t-il déclaré lundi 3 juin 2024 à RT.

Ritter était en route pour la Russie pour le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) lorsqu’il a été sorti de l’avion et que ses documents ont été confisqués.

« J’embarquais sur le vol. Trois policiers m’ont pris à part. Ils ont pris mon passeport. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi, ils ont répondu « ordres du département d’État ». Ils n’avaient pas d’autres informations pour moi. Ils ont sorti mes bagages de l’avion, puis m’ont escorté hors de l’aéroport. Ils ont gardé mon passeport ».

« Cela a-t-il été fait conformément au premier amendement, ou au quatrième », La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a commenté la nouvelle. Le premier amendement de la constitution américaine protège la liberté d’expression, de presse et de réunion, tandis que le quatrième interdit au gouvernement des « perquisitions et saisies déraisonnables ».

Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du Corps des Marines des États-Unis, qui a ensuite servi comme inspecteur en désarmement des États-Unis et de l’ONU en Irak. Il est également un contributeur de RT, écrivant sur la sécurité internationale, les affaires militaires, la Russie et le Moyen-Orient, ainsi que sur le contrôle des armements et la non-prolifération.

Il s’est récemment rendu en Russie en janvier, passant du temps en Tchétchénie, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, entre autres.

La saisie du passeport de Scott Ritter est la dernière tactique employée par le Département D’Etat aux Etats-Unis afin de tenter de museler Scott Ritter, et lui interdire de dénoncer les mensonges américains et otaniens sur la guerre en Ukraine.

Le Département d’Etat a organisé et financé le Centre Ukrainien Contre la Désinformation, lequel organisme vient de qualifier Scott Ritter de « terroriste de l’information », et de l’inscrire ainsi sur la liste du SBU, de personnes à tuer. Bien évidemment le Département d’Etat reste silencieux sur cette liste et cet ordre d’assassinat donné par le SBU …

Le passeport de Scott Ritter a été saisi par le Département d’Etat américain, après que Scott Ritter se soit enregistré sur un avion à destination de St. Petersburg.

Cet acte de censure est juste l’un des plus récent, qui vient à la suite de nombreux actes de censure imposés par l’administration Biden à des journalistes et à des médias, dont InfoWars.

Scott Ritter est un ancien US marine, ancien inspecteur en armement pour le compte de l’ONU, il intervient sur RT, et il est connu pour être extrêmement critique envers le Département d’Etat américain, et le Pentagon.

Scott Ritter avait l’intention de passer plus de trois semaines à sillonner la Russie, à se rendre dans 16 villes, des métropoles de l’Ouest de la Russie comme Moscou et Saint Petersburg, à des villes du centre et de l’Est de la Russie, jusqu’à Vladivostok. Il avait l’intention de rencontrer les populations, afin de tenter de dresser un pont entre la Russie et les Etats-Unis, de faire tomber les barrières de haine et de russophobie qui étouffent l’Occident, et de préparer la paix … C’est ce qu’il a annoncé le 1er juin 2024 dans sa conversation avec Danny Haiphong.

Avec un programme pareil, qui remettrait gravement en cause le narratif officiel des Etats-Unis et de l’Otan, il n’est pas étonnant que le Département d’Etat ait tout entrepris pour faire taire Scott Ritter … y compris lui confisquer arbitrairement son passeport.

Article rédigé d’après les tweets de John Galt sur son compte X (que nous vous invitons à suivre !).

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs
et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

partagez cet article !

Pas encore de commentaire sur "Passeport confisqué pour avoir dénoncé la guerre en Ukraine : l’histoire incroyable de Scott Ritter"

Laisser un commentaire

Newsletter

La Boutique du 4-4-2

Médias

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous