Micro influenceurs, les nouveaux VRP ? Partie 1

Économie

mise à jour le 15/11/21

Dimanche soir, je viens de finir de dîner. Je profite tranquille de la fin du week-end. Ma copine me partage la vidéo d’un petit youtubeur. Elle me demande si je connais bricks.co, l’investissement dont il parle. Je n’y connais pas grand-chose en argent. Mais je m’intéresse aux différentes solutions pour sortir le mien de la banque. En ces temps d’inflation et de probable crack boursier la bourse se réjouit : on a dépassé le niveau d’avant la bulle internet des années 2000 ! Youpi.


En revanche les plus pauvres n’ont pas de quoi se nourrir ou se chauffer. Un peu d’argent de poche n’y changera rien. La finance mondiale est plus déconnectée du réel que les promesses d’un politique en campagne.

Je regarde la vidéo. Elle est laudative. Plusieurs détails m’interpellent. Petite recherche internet. Je tombe sur un forum de particuliers. Ils se conseillent en matière d’investissements. Ils décortiquent celui-ci : la société a un capital de 1000€, des discours différents en façade et dans les conditions générales, du marketing agressif acheté à La Tribune et fait par des influenceurs, des avis qui seraient faux sur Trust Pilot….

Au mieux c’est un investissement risqué. Au pire, un système de ponzi.

Erreur 404. Ecoute introuvable.

Je décide, en bon samaritain, d’avertir le public de la vidéo. Je cite le forum et les éléments inquiétants qu’il a trouvés. J’essaye de modifier mon commentaire quelques minutes après. Ça Bugue. Puis je ne trouve plus mon commentaire. Je capte mal, je me dis qu’il y a eu un couac. Je le reposte. Il est supprimé dans la minute. Je nuance mes propos. Je relance. Supprimé. L’auteur ne s’explique même pas. Je lis les commentaires : ils sont tous positifs et l’auteur répond à chacun. Ça pue l’épuration ou pire. Je signale la vidéo pour contenu trompeur. Je réponds au commentaire épinglé par l’auteur de la vidéo. J’écris que je l’ai signalée car mes commentaires qui présentent des faits sont systématiquement supprimés. Minuit passé, je me couche énervé. Pas si tranquille que ça la fin du weekend.

Lendemain matin, je me lève, je digère encore l’épisode. J’échange à distance avec ma copine au petit déj. Un commentaire moins alarmant que le mien a été posté et il est encore là. L’auteur de la vidéo l’épingle même ! Alléluia ! Je complète ce commentaire avec des faits. Je nuance toujours plus mes propos (on m’appelle fifty shades of grey dans le milieu). Mon commentaire est supprimé. Toute comme mon avertissement de signalement.

Je vois qu’une personne a commenté assez critiquement il y a quelques heures. Le temps de finir mon thé : supprimé.

Midi : le commentaire un peu critique est désépinglé et se retrouve loin des premiers commentaires. La majorité du public ne le lira probablement jamais. L’auteur de la vidéo annonce qu’il va interviewer le directeur de bricks.co. Il propose de lui poser des questions. C’est ce nouveau message qui est en vedette. Je pose des questions qui fâchent. Supprimé

Je m’interroge. Est-ce qu’il s’est fait avoir lui-même ? Et il aurait peur de perdre la confiance de son public ? Donc maintenant il supprimerait les commentaires trop mauvais ? Est-ce qu’il a été payé par bricks.co ? Si oui, combien ? Est-il le seul dans ce cas ? Il faut que je creuse.

Thomas pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !