Inflation : l’Europe touchée de plein fouet

1 juin 2021 | Économie, Société

Euros

L’Allemagne devrait enregistrer en mai un taux d’inflation de + 2,5 % sur un an. Le pays de l’orthodoxie financière et budgétaire s’éloignerait des objectifs de la BCE. Dans son sillage, plusieurs pays de la zone euro font face à une forte progression de leur indice des prix à la consommation, comme l’Espagne, qui sort du territoire déflationniste. Mais pour la Banque centrale européenne, la situation est « temporaire » et l’institution assure qu’elle répondra présente pour calmer les marchés grâce à sa politique de rachat de dette.

L’inflation pourrait atteindre temporairement 4 %

L’inflation est-elle de retour ? Et si oui, faut-il la redouter ? Ces questions agitent les économistes et les sphères politiques, en Europe et outre-Atlantique, et pour le moment, seuls quelques indicateurs permettent d’envisager des premières réponses. Dernier élément en date, et non des moindres, l’office fédéral allemand des statistiques a annoncé ce lundi une hausse de 2,5 % (provisoire) sur un an de l’indice des prix à la consommation, après, déjà, une progression de 1,3 % en février, 1,7 % en mars et 2 % en avril.

Cette hausse écarte l’Allemagne de l’objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE), à savoir un taux d’inflation proche mais inférieur à 2 %. La progression des prix devrait encore accélérer « vers la fin de l’année » et « l’inflation pourrait atteindre temporairement 4 % », selon un rapport de la Banque centrale Bundesbank publié le 21 mai.

Comme pour les mois précédents, ce sont les prix de l’énergie qui dopent l’indicateur allemand, avec un boom de 10 % des prix (carburants et énergies domestiques). Les biens alimentaires, eux, enregistrent une hausse modérée, à + 1,5 %.

Ailleurs en Europe, ce même lundi 31 mai, c’est l’Espagne qui a vu sa courbe inflationniste se confirmer, en progression de 2,4 %. C’est le troisième mois consécutif d’augmentation de l’indice des prix à la consommation, après plus d’un an de pression déflationniste de l’autre côté des Pyrénées.

Une hausse qui se confirme depuis un an

Ces premiers résultats du mois de mai dans la zone euro confirment la tendance observée par Eurostat en avril dernier. L’organisme annonçait, pour les 19 pays de la zone euro, une progression de l’indice des prix à la consommation de 1,6 % sur un an (contre + 0,3 % en avril 2020). Avec + 1,6 %, la France s’inscrit donc dans la moyenne des pays de la zone euro.

Pour rappel, la Commission prévoit une inflation en zone euro de 1,7 % en 2021 et 1,3 % en 2022. Si l’on prend l’ensemble des pays de l’Union européenne, l’inflation est de 2 % sur l’année écoulée (contre 0,7 % un an auparavant).

Si les hausses des prix atteignent des niveaux élevés, c’est notamment en raison de l’impact des mesures monétaires et budgétaires massives mises en œuvre depuis le début de la crise du coronavirus. Toutefois, il faut rappeler que les dix-neuf pays de la monnaie commune ont déjà connu des niveaux élevés d’inflation : en 2011 et 2012, elle était respectivement de 2,7 et 2,5 %.

Lire l’article…