Espoir pour la démocratie à Carpentras ? Rien n’est moins sûr

Politique

mise à jour le 04/03/21

démocratie-france-falco

Le maire de Carpentras annonce des mesures démocratiques inédites. Regardons de plus près une technique de manipulation qui semble se généraliser.

Les propositions

Le maire de Capentras a le sens de la formule, et annonce un « Big Bang démocratique ». Quatre mesures sont proposées :

– Le référendum d’initiative citoyenne si 10% des citoyens le demandent.
– La convention citoyenne qui permet de tirer au sort des électeurs qui informeront la mairie des besoins des habitants de la ville.
– Le droit d’amendement : permet aux citoyens (à hauteur de 2 %) d’amender, de modifier ou de supprimer une délibération municipale, si les électeurs précédemment cités y sont favorables.
– Le budget participatif, qui allouera 700 000 euros à des projets citoyens validés au préalable par les électeurs.

Le maire de Carpentras, en plein exercice d’humilité, déclare par ailleurs, être à l’origine du RIC et qu’en réalité les Gilets Jaunes l’auraient copié. A la rédaction, nous lui conseillons d’aller consulter car oublier Etienne Chouard, c’est probablement être atteint de la maladie d’Alzheimer.

Mais le hic dans tout ça ?

Dans la vidéo ci-dessus, toutes ces mesures sont présentées à l’aide des meilleures techniques marketing du Nudge, pour faire accepter au peuple des propositions qui ont l’air démocratiques, mais qui en réalité sont tout le contraire.

« Il suffira de 380 signatures (2 % des citoyens de Carpentras) pour faire jouer un droit d’amendement inédit. Les citoyens pourront modifier ou même supprimer un projet de délibération du conseil municipal. Leurs propositions seront soumises aux élus. »

Derrière tous ces effets d’annonce à coup de mots chocs tel que « inédit », « big bang démocratique » ou « les citoyens pourront… » le vrai problème ce sont précisément les élus.

Car cette convention citoyenne, n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle forme de représentativité, qui ne vise au fond qu’à mettre en place un nouveau type d’électeur qui sera un rempart supplémentaire à la volonté citoyenne. Ces élus, qui représenteront le peuple, auront finalement le dernier mot sur tous les amendements, projets ou changements de toutes sortes souhaités par les habitants de Carpentras.

Rien ne change… mais c’est nouveau

Finalement toute cette démarche consiste à faire croire que les Français sont entendus et que le renouveau démocratique demandé par les Gilets Jaunes est train de se mettre en place. Mais dans les faits, c’est un peu comme si on vous présentez l’assemblée nationale sous un nouveau jour.
Des personnes élues auront pour fonction de représenter le peuple et de prendre des décisions à sa place.

Et cette nouvelle technique qui consiste à présenter comme démocratique quelque chose qui ne l’est pas se répand de plus en plus.

C’est celle qu’utilise Macron avec la mise en place du collectif de citoyens chargé du suivi de la vaccination. Il annonce tirer au sort des citoyens « pour associer plus largement la population »au conseil scientifique sur les décisions liées aux mesures sanitaires. Mais en réalité c’est une manière insidieuse de mettre le peuple en dehors du débat démocratique. Car les 35 citoyens qui seront tirés au sort pour former ce collectif, même en admettant qu’ils soient dignes de confiance, empêcheront à tous les Français de pouvoir s’exprimer sur la question. Nous aussi on peut trouver un concept accrocheur : c’est de la censure démocratique !

Paul pour Le Média en 4-4-2

partage cet article !