Charles Gave sur les sanctions occidentales : « La Russie peut vivre en autarcie pendant deux ans, nous deux mois »

Géopolitique

mise à jour le 07/03/22

Charles Gave était l’invité d’André Bercoff sur Sud Radio le 4 mars 2022. L’économiste des marchés financiers nous explique les conséquences des sanctions contre les Russes : « La Russie est un gros exportateur de matières premières mais le gros consommateur de matières premières russes, c’est l’Europe. »


Pour Charles Gave, il est impossible que l’Europe puisse se passer de la Russie. « Si les Russes décident de fermer les robinets, l’Allemagne s’arrête complètement. Donc on est dans une histoire de fous où le type qui est complètement dépendant — ne se tire pas une balle dans le pied — c’est l’Europe qui est en train de se tirer une balle dans la tête. » Assez consterné par les sanctions absurdes qui ne vont, au final, sanctionner essentiellement que l’Europe, le président de l’Institut des Libertés assure : « La Russie est un gros exportateur de blé […] et donc le prix du blé monte, monte, monte… mais chaque fois que le prix du blé monte dans l’histoire, il y a eu des révolutions en Afrique du nord. Il n’y aura plus rien à bouffer. »

Le combat contre Poutine est perdu d’avance, le rapport de forces ne semble pas être bien compris par les chefs d’États européens. « La Russie d’aujourd’hui a des comptes courants excédentaires, elle a un budget excédentaire. Elle a des réserves de change qui lui permettent d’importer pendant au moins deux ans tout ce dont elle a besoin, même si elle ne vend rien à l’étranger. Elle n’a pas de dette intérieure, elle n’a pas de dette extérieure… donc elle s’est parfaitement préparée, elle peut vivre en autarcie pendant deux ans et puis nous, on ne peut pas vivre deux mois. »

Le Média en 4-4-2

partage cet article !