Témoignage d’un trans qui explique le cauchemar après ses opérations : « Fuck à tous ceux qui ont laissé ça arriver »

Santé

mise à jour le 29/06/22

TullipR vient du Royaume-Uni et a vécu en tant que femme trans de 26 à 34 ans, y compris l’hormonothérapie et la chirurgie génitale complète en 2018. TullipR est actif sur Twitter et dirige le groupe d’hommes détrans, qu’il a lancé en avril de cette année. Voici son témoignage qui, nous l’espérons, ouvrira les yeux aux jeunes mal dans leur peau et poussés par le gouvernement, la gauche Woke et des chirurgiens cupides à s’élancer vers une transition qui n’aura pas de retour.


Je veux dire à tout le monde ce qu’ils nous ont pris, ce que signifie vraiment « irréversible » et à quoi ressemble cette réalité pour nous. Personne ne m’a rien dit de ce que je vais vous dire maintenant. Je n’ai aucune sensation dans ma région de l’entrejambe. Tu pourrais me poignarder avec un couteau que je ne le saurais pas. Toute la zone est engourdie, comme si elle était sous le choc et incapable de comprendre ce qui s’est passé, même quatre ans plus tard. Personne ne m’a dit que la zone de base du pénis resterait, car elle ne peut pas être retirée —  ce qui signifie que vous vous retrouvez avec une souche littérale à l’intérieur qui se contracte. Lorsque vous prenez de la testostérone et que votre libido revient, vous vous réveillez avec une érection du matin, sans le pénis. J’aimerais que ce soit une blague. Mais c’est quelque chose qui ne reviendra jamais. Ma libido est morte environ six mois sous THS (le traitement hormonal de substitution) et à l’époque j’étais contente d’en être débarrassée, mais maintenant dix ans plus tard, je réalise ce que je rate et ce que je ne récupérerai pas. Parce que même si j’avais une libido, mon néo-vagin est si étroit et si petit que je ne pourrais même pas avoir de relations sexuelles si je le voulais. Et quand j’utilise un petit dilatateur vaginal, j’ai des sensation aléatoires qui captent la douleur plutôt que le plaisir. Tout le plaisir que je ressens vient de la prostate qui a été avancée et enveloppée dans les glandes du pénis, ce qui signifie que le sexe anal n’est pas possible avec un risque d’avoir d’autres dommages.

Ensuite, il y a les rêves. Je rêve souvent que j’ai les deux organes génitaux. Je me dis qu’il faut que je me réveille parce que je sais que ce n’est qu’un rêve. Et je me réveille dans un cauchemar réel. Dans ces moments d’amnésie, alors que je me réveillais, je touchais mon entrejambe en m’attendant à quelque chose qui était là depuis trois décennies, mais ce n’est pas le cas. Mon cœur bat à la chamade, à chaque putain de fois.

Ensuite, il y a le fait d’aller aux toilettes. Il me faut environ dix minutes pour vider ma vessie, c’est extrêmement lent, douloureux et parce que ça bave peu importe à quel point je me détends, ça ira ensuite dans toute cette zone, me laissant trempé. Ainsi, après m’être nettoyé, je constaterai quelques instants plus tard que mes sous-vêtements sont mouillés — peu importe combien j’ai essuyé, ils s’égouttent lentement pendant une bonne heure. Je ne savais pas qu’à trente-cinq ans, je courais le risque de sentir la pisse partout où j’allais. Maintenant, j’en arrive au point où je suis détransitionné et rattrapé par la prise de conscience que c’est permanent.

Pendant la transition, j’étais obsessionnel et profondément malade, je ne peux pas croire qu’ils aient été autorisés à me faire ça, même après toutes les alertes rouges. On ne m’a même pas demandé si je voulais congeler du sperme ou si je voulais des enfants. Dans mon état obsessionnel et profondément malade, ils ont simplement hoché la tête et ne m’ont pas dit les réalités, à quoi ressemblerait la vie. Et enfin, il y a la dilatation, qui ressemble à une sorte de cérémonie démoniaque où vous vous empalez pendant vingt minutes angoissantes pour vous rappeler votre propre bêtise.  Ce n’est pas un regret, c’est du chagrin et de la colère. Fuck à tous ceux qui ont laissé ça arriver.

Témoignage de TullipR traduit par Le Média en 4-4-2

partage cet article !