Nestlé vole l’eau des Vosges : enquête à Vittel

6 avril 2021 | Économie, Environnement, Société

Le  22 mars 2021, les Nations unies ont célébré la Journée Mondiale de l’Eau autour du thème « la valeur de l’eau ». Or de l’idée de valeur à celle de prix, il n’y a qu’un pas ! Selon les multinationales de l’eau, l’accès à l’eau ne fait pas partie des droits de l’Homme et doit être privatisé. Un documentaire de Arte nous montre leurs ravages aux Etats-Unis.

Nestlé assèche aussi la région de Vittel

En France, comme partout dans le monde, l’eau est en danger car les groupes industriels imposent leurs pratiques polluantes, avec la complicité d’un État de plus en plus autoritaire. Une commission parlementaire va faire un petit tour à Vittel… Elle pourrait aller à Évian : elle y trouverait également Nestlé, les mêmes destructions environnementales bénéficiant des mêmes complicités. 

Le pompage industriel des nappes phréatiques jusqu’à épuisement par Nestlé (marques Vittel, Hépar, Contrex) soulève depuis longtemps l’indignation du public et fait objet de questions à l’Assemblée. Réponse en 2018 : enquête en cours, concertation publique, bla-bla. Autorisations de pompages à tout-va, forages illégaux, projets bidons (toujours pour plus tard) d’observatoire, de protocole… Le temps ainsi gagné joue en faveur de Nestlé qui continue à siphonner toutes les nappes du secteur afin d’engraisser ses actionnaires. Nestléleur  a versé plus de 18 milliards d’euros de dividendes en 2019.

9 et 10 avril : commission d’enquête à Vittel

Le 25 mars 2021 : de nouvelles auditions pour le même vieux problème  de pillage de l’eau par Nestlé ont eu lieu. La Commission « Mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences», dirigée par Mathilde Panot, députée France Insoumise, va enquêter à Vittel, les 9 et 10 avril 2021. Dans cette ville, les conflits d’intérêts sont nombreux et l’omerta la règle.

Conflits d’intérêts à la pelle !

Le procès Pruvost-Vigie de l’Eau pour suspicion de prise illégale d’intérêts dans le scandale du pipeline pour acheminer jusqu’à Vittel l’eau potable des environs a été reporté à septembre 2021. C’est bien parce que le réseau de complicité passe par ce couple que le procès a été retardé. C’est toujours ça de gagné en temps et en bénéfices pour Nestlé.

Mme Prusvost, conseillère générale et présidente de la Commission locale de l’eau (CLE) a autorisé Nestlé Waters France à continuer de pomper l’eau d’une nappe phréatique qui se vide à grande vitesse. 

M. Prusvost, ancien cadre supérieur de Nestlé International, préside l’association La Vigie de l’Eau qui assure le secrétariat de la CLE…

L’association La vigie de l’eau est également poursuivie pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire du pipeline. Elle a été créée en 2012 avec une « contribution » de Nestlé.Trois anciens cadres de Nestlé se sont succédé dans son bureau de sept membres.

Et une autre association : EcoPlaine. Elle est présidée par qui ? Par Bernard Prusvost ! Et a compté dans son bureau un autre cadre supérieur de Nestlé (jusqu’en 2018).

Encore une autre association : BlockChain Valley. Celle-ci est présidée par un ex-espion de l’armée française, qui est secrétaire d’Ecoplaine. EcoPlaine est membre d’honneur de BlockChain Valley.

Allez, une dernière association : Plaine de Jardins. Celle-ci  fait la promotion d’un jardinage sans pesticide et contribue donc à préserver la qualité des nappes phréatiques. Surprise ! elle est présidée par un ancien cadre supérieur de Nestlé, sa secrétaire est conseillère municipale de Vittel et employée de Agrivair, une filiale de Nestlé Waters France.

A Vittel, on est chez Nestlé

On commence à avoir le tournis. Des sociétés écrans, ça évoque les îles Caïmans, Jersey, mais là, on n’est pas loin, on est dans les Vosges. Et il ne s’agit que d’associations et en plus à but non lucratif ! Pourtant ça a le goût de la corruption et c’est Nestlé en réalité.

Jacqueline pour Le Média en 4-4-2.